Site de Véronique Belen
Header

« De très loin, tu pénètres mes pensées » Psaume 138 (139), 2

27 août 2013 | Publié par Véronique dans Partages

P1070303

Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais !
Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ;
de très loin, tu pénètres mes pensées.
Tu me devances et me poursuis.

Que je marche ou me repose, tu le vois,
tous mes chemins te sont familiers.
Avant qu’un mot ne parvienne à mes lèvres,
déjà, Seigneur, tu le sais.

Psaume : 138, 1-2.5a, 3-4

@AELF

Ce psaume pourrait en incommoder certains. L’idée d’un Dieu qui sait tout de nous ne plaît pas à tout le monde. Au nom du sacro-saint libre-arbitre, on aimerait que Dieu ne vienne pas se promener dans nos consciences, et on admet encore moins qu’Il connaisse à l’avance de quoi notre vie va être faite. Le psaume le dit pourtant aux versets 13 à 16 :

13 C’est toi qui as créé mes reins,
qui m’as tissé dans le sein de ma mère.
14 Je reconnais devant toi le prodige,
l’être étonnant que je suis :
étonnantes sont tes oeuvres,
toute mon âme le sait.

15 Mes os n’étaient pas cachés pour toi
quand j’étais façonné dans le secret,
modelé aux entrailles de la terre.

16 J’étais encore inachevé, tu me voyais ;
sur ton livre, tous mes jours étaient inscrits,
recensés avant qu’un seul ne soit !

Dieu a un dessein sur chacun d’entre nous. Il connaît tout ce dont nous sommes capables, le pire comme le meilleur. Il nous connaît mieux que nous-mêmes nous ne nous connaissons, et nos prises de décision ne sont donc pas un mystère pour Lui.
Souvent, quand nous voyons nos proches confrontés à telle situation ou telle parole qu’ils reçoivent, nous pouvons prévoir leur réaction. Et Dieu immanent ne le pourrait pas pour nous ?

Personnellement, loin de m’effrayer, cette connaissance parfaite qu’a Dieu de tous les méandres de mon âme, de tout ce qu’a été jusqu’ici ma vie et de tout ce qu’elle est appelée à devenir me rassure et me conduit en une plus grande confiance en Lui. Qu’avons-nous d’autre à faire sur cette terre que de nous ajuster à Sa volonté sur nous ? C’est en le recherchant encore et encore dans la prière silencieuse que nous percevrons ce qu’Il attend de nous, que nous pourrons faire les bons choix, prendre les bonnes orientations de vie.

Il y a quelques années, je priais beaucoup :
« Dis-moi ce que Tu veux que je fasse pour Toi, et je le ferai. »

Et c’est une prière que le Père et le Fils, par l’Esprit Saint, ont la plus grande joie à exaucer.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

1 commentaire

  • Claire says:

    J’aime beaucoup ce psaume aussi, depuis longtemps..Il me rassure moi aussi, car j’y perçois un regard créateur aimant, qui m’a tissé (comme ce terme est joli!) dès ma conception avec tendresse, et qui veut continuer à façonner mon humanité singulière, unique, par son Esprit divin..Mon Dieu, Tu es celui qui me fait exister! Prodige, je le suis par Toi..Tu me précède, me poursuis, je ne peut aller loin de ta face, car si Tu cessais un instant de poser sur moi ce regard créateur et aimant, de Père et de Mère à la fois, ce regard « matriciel » dont je dépends, je sombrerais immédiatement dans le néant..Je ne veux pas me cacher mon Dieu, si seulement cela était possible, mais au contraire que Tu pénètres encore chacune de mes pensées, chaque recoin de ma vie, de mon cœur, de mon humanité.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>