Site de Véronique Belen
Header

Prières

Seigneur, fais-moi aimer ma place
Celle que je vis, celle où je suis
Fais-moi aimer ma place
Les jours de labeur et les jours de repos
Fais-moi aimer ma place
Dans ma famille, dans le cœur de mes amis
Fais-moi aimer ma place
Dans cette vallée, dans cette paroisse

Seigneur, fais-moi aimer ma place
Aux côtés de celles et ceux à qui tu as confié mon âme
Fais-moi aimer ma place de fille et ma place de femme
Fais-moi aimer ma place
A tes pieds ou contre ton cœur
Tu as choisi pour moi la meilleure part
Et je sais bien que jamais, elle ne me sera enlevée
Pour cette place-là, Seigneur, sois béni et remercié

Véronique Belen         Août 2017

Seigneur, merci pour ces jours de repos
Et cependant bien remplis
Merci pour l’énergie que tu me donnes
De réaménager mon nid

Tu m’as prodigué un toit
Sous lequel je suis en sécurité
Heureuse seule ou en compagnie de ceux que j’aime
Et un jardin pour le plaisir des yeux
Et le ressourcement de l’être

Seigneur, merci pour le bonheur tout simple
Etre en vie, en santé, aimer et être aimée
Pouvoir marquer une pause dans la course effrénée des jours
Repenser mon décor pour calmer mes pensées

Seigneur, je vois cependant non loin de moi
L’inquiétude, la maladie, la vieillesse
Qui ont raison de la sérénité d’autres que j’aime aussi
Comme je les prends dans ma prière, prends-les dans tes bras bienveillants

Je goûte chaque jour au bonheur de vivre
Seigneur, n’en prive pas ceux-là
Accorde guérison et paix du cœur
Accorde de vieillir sans trop de douleur

Et si les temps étaient comptés pour eux, Seigneur
Accorde-leur d’attendre réconciliés en eux et autour d’eux
L’heure de l’ultime rencontre avec ton regard
Comme on attend l’aurore après le soir

Seigneur, je t’offre encore mon merci
Et je te les confie

Véronique Belen         Août 2017

Transfigure-moi

12 mars 2017 | Publié par Véronique Belen dans Prières - Aucun commentaire

Transfigure-moi Seigneur
Quand je n’ai pas le visage de la foi
Quand je perds le ton de mon amour pour toi
Quand mon écoute se cantonne à la prière

Transfigure-moi Seigneur
Quand le prochain me fait perdre patience
Quand je n’ai plus qu’en toi ma confiance
Quand l’aigreur l’emporte sur la joie

Transfigure-moi Seigneur
Quand je ploie sous l’injustice des jours
Quand je ferme les yeux au malheur tout autour
Quand me guette le repli dans l’indifférence

Transfigure-moi Seigneur
Quand mes mots paraissent accusation
Quand je blesse par excès de conviction
Quand se terre au fond de moi ton amour

Transfigure-moi Seigneur
Quand je n’irradie plus le feu de l’Esprit
Quand je vais plus loin que ce que tu dis
Quand je ne suis que pâle témoin de ta Résurrection

Transfigure-moi

 

Véronique Belen       Mars 2017

Petite bergère
Humble et cachée
Pauvre et humiliée
Et pourtant gratifiée de la plus douce apparition
De Notre-Dame en vérité
Je te prie pour ces temps troublés
Je te prie pour l’Eglise divisée
Sur la plus épineuse question
De ces décennies de tension

Je te prie, Bernadette de l’authenticité,
Pour ceux qui tombent dans l’illusion
D’une fausse Madone aux fausses locutions
Je te prie, Bernadette de la pauvreté,
Pour les aveugles au lucre et à l’ostentation
Pour ces champions de la piété
Qui piétineraient la vérité
Pour que triomphe leur Gospa de fiction

Bernadette de la vie cachée
Je prie pour ton intercession
Dans cette affaire qui n’a que trop duré
Mène les esprits à la raison !

Véronique Belen         18 février 2017

P1010433

« Jésus, souviens-toi de moi
quand tu viendras dans ton Royaume. »

Oh, je ne suis pas un grand malfaiteur
Seigneur, si j’ai fait du tort à quelqu’un
Montre-moi mes erreurs

« Jésus, souviens-toi de moi
quand tu viendras dans ton Royaume. »

Je te vois agoniser sur cette croix
Toi qui n’as rien fait de mal
Et je me sens clouée à la mienne
Un peu injustement aussi, près de ton cœur, près de ta foi

« Jésus, souviens-toi de moi
quand tu viendras dans ton Royaume. »

Vois-tu, du simple fait de naître femme
La croix s’insinue déjà près de notre corps
Et dans les replis de notre âme
Dans le combat quotidien
Dans la lutte pour rester digne dans l’adversité

« Jésus, souviens-toi de moi
quand tu viendras dans ton Royaume. »

Je t’attends depuis si longtemps
Comme mon Sauveur et Rédempteur
Comme le soleil de justice
Qui mettra en pleine lumière
Le tort causé depuis la nuit des temps
A toutes mes sœurs en humanité

« Jésus, souviens-toi de moi
quand tu viendras dans ton Royaume. »

Pour qu’enfin les yeux ne soient plus rivés
Sur tous ceux qui font souffrir
Et que généreusement on pardonne
Qu’il reste justice et compassion
Pour toutes celles qui ne t’ont jamais crucifié
Qui dans le secret du cœur t’ont aimé
De ton martyre à ton Eternité
Et qu’en ces jours-là, enfin,
En ton Amour, elles soient justifiées

Véronique Belen          Fête du Christ Roi, novembre 2016

P1040115

Dis-moi ce que tu veux que je fasse pour Toi
Toi mon Seigneur qui as tant fait pour moi
C’est ma prière de confiance
C’est mon acte de reconnaissance

Retourner en moi-même pour mieux t’y retrouver
Taire mes demandes
Et m’ouvrir à ton cœur qui quémande
L’écoute et l’attention
La confiance et notre considération

Dis-moi ce que tu veux que je fasse pour Toi
Présent en chacun de ces enfants qui me sont confiés
T’apprendre à lire, à écrire, à compter
T’apprendre à être et à partager

Dis-moi ce que tu veux que je fasse pour Toi
Présent dans ces humbles et ces humiliés
Te tendre la main et prêter mon oreille
Ecouter, conseiller et témoigner de tes merveilles

Dis-moi ce que tu veux que je fasse pour Toi
Absent du cœur de ceux qui t’ont renié
Etre à Toi, vivre de Toi
Témoigner que ta Parole est Vérité

Dis-moi ce que tu veux que je fasse pour Toi
Qui souffres adultère et infidélité
Te rejoindre dans cette misère
Et ne jamais reprendre le serment que je T’ai fait

Véronique Belen         Juin 2016

Image : VIème station du Chemin de Croix du Mont Sainte Odile      Léon Elchinger

486px-Andrej_Rublëv_001

Dieu Trinité
Trois tu te voulais
Commencement infini
Tu désirais la vie
Seul dans le vide immense
Tu as voulu des astres dans l’infiniment grand
Et des âmes assoiffées quêtant ta transcendance

Tu t’es engendré des enfants
Pour leur être amour et compassion
Les regarder jouer à tes côtés
Te faire avec eux relation

Pour entrer en paternité
Tu t’es donné des entrailles maternelles
Le Verbe et la Sagesse conçus par Volonté
Ont égayé ton Sein éternel

Père juste, tu les as écoutés
Pour créer toutes choses sur terre et dans le ciel
Puissance de vérité du Verbe
Souffle vivifiant de l’Esprit

Tu leur as donné d’engendrer la vie
Tu as tissé des liens, toi l’Ineffable
Avec l’homme de glaise et la femme capable
De s’accueillir de lui mère de tous les vivants

Dieu Trinité, famille du firmament
Tu as versé des larmes de les voir si rebelles
Tu as cherché comment les sauver du Mauvais
Qui s’acharnait déjà à souiller l’œuvre belle

Tu as offert le Fils, Agneau immaculé
Pour souffrir de leur mort jusqu’au bout de ses plaies
Il a gardé la foi dans la déréliction
Certain de la promesse de sa résurrection

Comme un matin nouveau a fleuri son pardon
Et le feu de l’Esprit a jailli sur leurs fronts
Pour porter sa Parole aux confins de la terre
Et offrir à tout homme l’espérance et un Père

Dieu Trinité
Ardent foyer de charité
Tu gardes encore cachés des rais de Vérité
Pour l’heure ultime où toute chair te verra
Aux aurores de justice où tu décideras
De révéler enfin la Gloire de ton Etre
Et le Royaume promis qui ne passera pas

 

Véronique Belen         Mai 2016

Image : Andrej Roublev     Icône de la Sainte Trinité

Oratoire Tamié

En ton nom, Jésus
Je voudrais que la foi en Toi
Ne soit plus considérée comme une option
De l’ordre d’un choix intellectuel

En ton nom, Jésus
Je voudrais que le Père
Soit reconnu pour ses entrailles qui t’ont porté
Toi qui nous donnes le salut

En ton nom, Jésus
Je voudrais que l’Esprit soit compris
Là où il anime une âme
Là où il est le moteur d’une vie

En ton nom, Jésus
Je voudrais que nous soyons unis
Nous qui te confessons
Nous dont tu es l’ami

Véronique Belen       Mai  2016

P1080783

Le calme d’un matin de foi
Je prends un moment pour méditer
Pour faire mémoire de ta victoire
Pour savourer cette nuit illuminée

Le bois de ta croix se souvient
La pierre du tombeau est témoin
Au point du jour, les femmes sont venues
Aux messagers de ton absence, elles ont cru

Course folle vers tes amis
Pour annoncer ton retour à la vie
Parole de femme, parole mise en doute
Leurs yeux voulaient voir, leurs oreilles n’ont pas cru

Seigneur ressuscité, jamais je ne t’ai vu
Mais je t’ai goûté, ressenti, entendu
Je sais que ta résurrection n’est pas ton dernier mot
Tu veux faire advenir un Royaume nouveau

Parole de femme, parole mise en doute
On m’a fait taire, on m’a même internée
Mais tu as transcendé ce silence qui me coûte
Et inlassablement, tu m’as encouragée

Ce jour on fait mémoire de ta résurrection
Tu es auprès du Père depuis ton ascension
Laisse-moi redire encore que je sais, que je crois
Que ton retour en Gloire est plus proche que ta croix

Véronique Belen       Mars 2016

Rameaux bénits

Mon gros bouquet de rameaux frais
Coupés au matin dans le buis
Je l’ai tenu fort et il l’a béni
Dans l’Hosanna de l’assemblée

Roi d’humilité monté sur un ânon
J’ai contemplé ta gloire éphémère
J’ai écouté l’Evangile amer
Le récit sans détour de ta Passion

Ton Corps rompu pour nous
A réconforté mon âme intérieure
Je t’ai reconnu comme mon seul Seigneur
J’ai prié pour ceux qui meurent sous les coups

Ton visage très doux m’attendait chez moi
J’ai prélevé les rameaux desséchés
L’icône et le crucifix ornés de buis frais
Te restaurent à mes yeux dans ta beauté de Roi

Par les ovations et ton sang versé
J’ai prié encore pour les suppliciés
Jetés sur les routes, parqués sur nos quais
Tous ceux dont la patrie n’a plus nom liberté

Je te confie en particulier
Parmi toutes mes sœurs en humanité
Celles dont le cœur n’est plus que tristesse
Les crucifiées de l’âme qui te crient leur détresse

Véronique Belen     Mars 2016

Carême imprévu

24 février 2016 | Publié par Véronique Belen dans Prières - Aucun commentaire

P1030538

J’avais de saintes résolutions
De saines petites résistances aux tentations
Le jeûne, ce n’est pas mon fort, Tu le sais
Alors ceci en moins et cela en attente
Ça me semblait un carême convenable
Un p’tit rien pour Toi
Un p’tit gain pour moi
Carême convenu, carême acceptable

Je n’avais pas prévu qu’une roue de voiture
Ravirait à mon cœur cette petite créature
Je n’avais pas prévu mon cri au matin froid
En découvrant meurtri son si joli minois

La maison est vide de ses facéties
Elle ne m’attend plus dès que je reviens
Elle ne joue plus avec un p’tit rien
Je n’entends plus son « miaou » qui mendie

Carême d’absence, petit deuil imprévu
Je pleure en silence ses jolies couleurs
Sa vivacité, les instants bonheur
Que si peu de temps nous avons vécus

Frère soleil et sœur lune
Veillez sur cette petite âme envolée
Dites-moi qu’il existe de vastes prairies
Où je la verrai gambader en vie

Véronique Belen        Février 2016

P1060079

Seigneur je te les confie
Tous ces oubliés du bonheur
Qui croisent les chemins de ma vie
Et demeurent dans les plis de mon cœur

Prends soin de cette jeune maman
Pleine d’amour et dans le tourment
De voir son enfant exilé loin d’elle
Par un jugement qui tomberait, cruel

Soulage cette femme en fin de vie
Qui n’a presque plus de famille
La maladie la ronge, une fracture l’affaiblit
Elle ne peut plus comprendre ce sort qui la poursuit

Penche-toi sur des misérables
Accablés de dettes et privés de santé
Ils demeurent soudés et se montrent affables
A l’évocation d’une vieille amitié

Ce soir, sur mon front
Je recevrai les Cendres
Que l’ombre de ta croix bénisse tous ceux qui sont
Plongés dans un silence que Toi seul sais entendre

Véronique Belen          10 février 2016

Pape François AFP

Esprit Saint, tu nous l’as donné
Un jour où tous, nous avons été touchés par son humilité
Surpris de le voir là
Heureux qu’il fasse mémoire de saint François

Esprit Saint, tu nous l’as donné
Quand son prédécesseur trop fatigué
Lui a ouvert le passage
En bon pasteur humble et sage

Esprit Saint, tu nous l’as donné
Quand trop de voix dans l’Eglise ne parlaient plus que de tradition
Quand le latin voulait l’emporter sur la compassion
Quand l’Evangile se diluait dans la mondanité

Esprit Saint, tu nous l’as donné
Pour rappeler le sacrement du frère
Pour tourner vers les pauvres notre prière
Pour rendre à l’Eglise un visage de lumière

Esprit Saint, tu nous l’as donné
Et je te prie pour lui, le successeur de Pierre
Pour que sa charge immense le garde en bonne santé
Et qu’à son exemple, nous recherchions d’abord la sainteté

Dieu Trinité, bénis François dans son pontificat
Et garde-nous son sourire pour de longues années de bienfaits

Véronique Belen         Novembre 2015

P1010463

Toi l’humble
La discrète
La mère toute simple
Puits de douceur et d’humilité de ton Fils

Toi dont les paroles furent si rares et si précieuses
Toi qui l’as conduit d’une main ferme et pieuse
Toi fondue dans le quotidien de Nazareth
Toi saluant Elisabeth

Toi le Vierge du Magnificat
Toi dans la peine à Bethléem
Toi illuminée par le sourire du Nouveau-né
Toi dans les plaies du Crucifié

Toi Marie, transparence d’une vie
Effacement d’une mère
Constance d’une prière
Toi épouse simple et laborieuse
Toi juive fidèle
Toi et l’ange dans un bruissement d’ailes
Toi dans le regard aimant du Père

Il n’y eut pas de tombeau digne de ton corps endormi
Il y eut la promesse cachée dans toute ta vie
Marie élevée dans la Gloire de ton Fils
Marie nimbée des éclats du Ressuscité
Marie que chantent nos cœurs dans la foi
Marie de toutes les grâces
Marie rayonnante de joie

Véronique Belen     Août 2015

ignace_lacroix_moyen

Prends, Seigneur et reçois,
toute ma liberté,
ma mémoire,
mon intelligence
et toute ma volonté ;
Tout ce que j’ai et possède,
c’est Toi qui me l’as donné :
A Toi, Seigneur, je le rends, Tout est à Toi,
disposes-en
selon Ton entière volonté.
Donne-moi
ton amour et ta grâce :
c’est assez pour moi.

Source : http://www.jesuites.com/ignace/suscipe.htm

Image : Peinture de G. Franchi. Ambrosiana/Leemage,

source : http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Etienne-Wibaux-la-fibre-chretienne-d-un-patron-du-textile-dans-le-Nord-2013-10-25-1051444