Site de Véronique Belen
Header

Le mariage d’Isaac et de Rebecca

5 juillet 2013 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

La liturgie d’aujourd’hui nous donne à lire des extraits de la Genèse : mort de Sara et mariage de son fils Isaac. Je ne vais pas recopier tout le passage car il est assez long. On le trouvera en Genèse 23 et 24.
Depuis longtemps, je médite l’histoire du mariage d’Isaac et de Rebecca. C’est une belle scène de la Bible, et qui se déroule conformément au voeu d’Abraham, père d’Isaac, le fils de la promesse. Abraham désire que son fils épouse une fille de sa parenté et non une Cananéenne. Il envoie son serviteur la quérir dans son pays, dans sa parenté. Le serviteur rencontre Rebecca au puits, et elle semble correspondre en tous points aux voeux d’Abraham pour son fils. Quand le serviteur explique toute l’histoire au père de Rebecca, l’accord de la jeune fille est sollicité pour aller rencontrer Isaac, et elle s’engage dans ce projet volontairement. Elle part, avec ses servantes, à la rencontre du fils d’Abraham.

Je relève ici l’extrait (Genèse 24, 58-67)

lls appelèrent donc Rebecca, et lui dirent: Veux-tu aller avec cet homme ? Elle répondit: J`irai. Et ils laissèrent partir Rebecca, leur soeur, et sa nourrice, avec le serviteur d`Abraham et ses gens.
Ils bénirent Rebecca, et lui dirent:
O notre soeur, puisses-tu devenir des milliers de myriades,
et que ta postérité possède la porte de ses ennemis !
Rebecca se leva, avec ses servantes ; elles montèrent sur les chameaux, et suivirent l`homme. Et le serviteur emmena Rebecca, et partit.
Cependant Isaac était revenu du puits de Lachaï roï, et il habitait dans le pays du midi.
Un soir qu`Isaac était sorti pour méditer dans les champs, il leva les yeux, et regarda ; et voici, des chameaux arrivaient. Rebecca leva aussi les yeux, vit Isaac, et descendit de son chameau.
Elle dit au serviteur : Qui est cet homme, qui vient dans les champs à notre rencontre  ? Et le serviteur répondit : C`est mon seigneur. Alors elle prit son voile, et se couvrit.
Le serviteur raconta à Isaac toutes les choses qu`il avait faites.
Isaac conduisit Rebecca dans la tente de Sara, sa mère ; il prit Rebecca, qui devint sa femme, et il l`aima. Ainsi fut consolé Isaac, après avoir perdu sa mère.

Toute cette rencontre a été désirée par le Seigneur qui a inspiré Abraham de la provoquer. Et on sait d’après la suite de la Genèse qu’Isaac et Rebecca furent des époux fidèles.

Ce qui me laisse pensive, à chaque fois que je relis – avec plaisir – l’histoire de cette union, c’est la rapidité avec laquelle elle se conclut.
Et je ne peux m’empêcher de penser au joug que l’Eglise impose aux jeunes gens depuis des siècles.

Dans le Livre de Tobie, on voit aussi le jeune Tobie et sa cousine Sara s’unir trois jours après leur rencontre, trois jours qu’ils passeront en prière pour lever une malédiction qui pesait sur Sara et faisait mourir ses maris avant que l’union ne soit consommée. Là aussi, tout va se résoudre quand elle entrera dans le plan de Dieu, qui était d’épouser Tobie en remettant la consommation de leur mariage à Dieu dans une prière conjugale avant de se donner l’un à l’autre.

Mais dans les deux récits, le mariage est consommé très tôt après la rencontre. Et l’union est bénie hors de la présence d’un prêtre.

Voilà donc pourquoi je m’interroge sur la lourdeur que l’Eglise a conférée au mariage chrétien à travers les siècles.
La Vierge Marie n’avait certainement que 14 ou 15 ans quand elle fut promise en mariage à Joseph.

De nos jours, en occident, nous avons heureusement reculé l’âge de la nubilité des jeunes filles, et c’est un grand progrès qu’elles puissent étudier et acquérir une formation professionnelle. Mais cela retarde d’autant plus l’âge auquel elles peuvent se consacrer au projet de fonder une famille. De plus, ces dernières décennies, la situation financière des jeunes démarrant dans l’emploi est devenue très précaire, et il est bien souvent déraisonnable d’avoir des enfants avant que le couple n’ait vraiment les moyens d’assumer leur éducation.

Alors je m’interroge sur cette persistance de l’Eglise à exiger le blanc-seing du mariage religieux pour accepter que les couples fidèles consomment leur union. Immédiate entre Isaac et Rebecca, trois jours entre Tobie et Sara, il y a de quoi faire réfléchir.

Ne donnons pas dans l’angélisme. Les jeunes gens ont des besoins affectifs et sexuels forts. Est-il raisonnable et même souhaitable d’exiger d’eux la chasteté jusqu’à 25 – 30 ans ? Une chasteté mal assumée et des désirs obsessionnels sont-ils préférables à une sexualité assumée dans la tendresse et le désir de l’engagement vrai ?
Et cela d’autant plus que ces dernières années, le mariage est devenu un événement festif démesurément cher et compliqué à organiser – ce que je suis loin d’approuver – qui est hors de portée de nombre de couples, et en cela, rédhibitoire.

Dans sa discipline sur le mariage et la consommation d’une relation amoureuse fidèle, je trouve l’Eglise en profond décalage avec la réalité contemporaine. N’ai-je pas lu récemment sur un site catholique qu’un couple vivant en union libre n’avait ni le droit de se confesser, ni celui de communier ? Toujours cette vision du péché absolu dans les questions de morale amoureuse…

Qui sommes-nous, pour juger de ce qui se passe dans le coeur profond d’un couple, pour juger du regard que porte Dieu sur un couple dont l’amour est sincère et qui désire la fidélité ?

Il serait bon de revoir un peu nos crispations canoniques en méditant le récit du mariage d’Isaac aujourd’hui…

Image : Le mariage d’Isaac et de Rebecca, vitrail de L’Eglise saint Martin de Tours, Epsom

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

12 commentaires

  • Letoile97 says:

    Cela nous montre que le mariage le vrai mariage c’est quand c’est Dieu qui unit et non la loi ou les hommes.
    Moi je sais qu’il ya ma moitié quelque part et je le saurais quand je le verrais .
    Ce n’est pas histoire de jolies robes blanches ou je ne sais quoi le plus primordial c’est d’etre uni devant Dieu .

    • Sébastien says:

      Hello, c’est bien vrai, le Seigneur a un plan pour ton couple. Mais pitié, ne va pas croire qu’il t’a créé un femme pour toi. Le Seigneur crée des personnes entières, indépendantes capables d’être heureux sans être en couple. Il n’y a pas de moitié de personne. Si nous sommes libres et indépendants, c’est précisément pour aimer entièrement et librement, tu ne tomberas jamais sur ta moitié.
      Tu choisiras un jour d’aimer une personne de l’aimer même quand tu n’en verra plus le sens. Et tu demanderas au Seigneur dans la prière si le choix que tu fais est dans son plan, et je prie pour que tu entendes sa réponse.
      La volonté du Seigneur est que tu fasses un choix libre, le choix d’aimer.

  • horlain says:

    je suis très contant de trouver cette histoire dans ta boite, pas que je vais marié une belle fille au nom de Rebecca qui est vraiment mon choix préféré, prier pour moi pour que mon mariage soit vraiment heureux par la grâce de l’éternel,



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *