Site de Véronique Belen
Header

Pour la fête de saint Jean de la Croix

14 décembre 2012 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

Heureuse coïncidence dont je n’ai pris conscience que cette année, nous fêtons le même jour sainte Odile et saint Jean de la Croix, deux saints très chers à mon coeur !

Si j’ai parlé hier d’une petite contrariété que m’occasionne la théologie de saint Jean de la Croix

https://www.histoiredunefoi.fr/partages/1825-le-plus-petit-dans-le-royaume-des-cieux-est-plus-grand-que-lui-matthieu-11-11

il n’en reste pas moins un de mes saints préférés, et je suis toujours émerveillée par la grâce que le Seigneur lui a faite de rencontrer sainte Thérèse d’Avila, et réciproquement. Je m’imagine comme ils devaient redoubler d’admiration l’un pour l’autre et de complicité dans le Seigneur. Je crois que les amitiés spirituelles sont une des plus belles choses qui soient en ce monde, et quand elles lient deux mystiques entre eux, cela doit être indicible. Saint Jean de la Croix aurait-il d’ailleurs écrit des poèmes mystiques aussi sublimes s’il n’avait rencontré sainte Thérèse d’Avila ?

En dehors de la Bible, je considère que le Cantique Spirituel est une des plus belles choses qui ait jamais été écrite.

Il y a une dizaine d’années, un carme, Pierre Eliane, a réalisé un arrangement du Cantique Spirituel – et d’autres poèmes mystiques de saint Jean de la Croix – en français, et les a enregistrés. C’est absolument magnifique et je ne me lasse pas de les écouter. Toute la poésie et la profondeur de l’expérience spirituelle de saint Jean de la Croix y sont.

Un extrait du Cantique Spirituel en l’honneur de la fête de saint Jean de la Croix :

9
Pourquoi, ayant blessé
ce cœur, ne l’as-tu pas soigné ?
Et me l’ayant ravi
pourquoi l’avoir laissé,
sans emporter ce que tu as volé ?

10
Apaise mes tourments
puisque personne n’y peut mettre fin.
Et que mes yeux te voient
puisque tu es leur lumière
et que je veux pour toi seul les garder.

(11 – Cant. B)
Découvre ta présence
que la vision de ta beauté me tue !
Vois, la douleur d’amour
rien ne peut la guérir
si ce n’est la présence et la figure.

11
Ô source cristalline,
si parmi tes reflets argentés,
tu modelais soudain
les yeux tant désirés
que je porte en mes entrailles gravés.

12
Ami, détourne-les
voici que je m’envole.
L’ÉPOUX
Reviens colombe,
car le cerf blessé
paraît sur la colline
savourant le souffle frais de ton vol.

Source : http://famille.delaye.pagesperso-orange.fr/Jean/cantique_spirituel.html#cantique

Et chanté  par Pierre Eliane (extrait) :

http://www.youtube.com/watch?v=X3CayPjmXco

 

 

 

 

 

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *