Site de Véronique Belen
Header

Prières

A Notre-Dame des Douleurs

15 septembre 2021 | Publié par Véronique Belen dans Prières - Aucun commentaire

Tu le contemples là
Celui que tu as porté en ton sein
Allaité, langé, cajolé
Eduqué, écouté, observé
Perdu et retrouvé
Gardé et donné

Tu contemples son corps transpercé
La haine contre lui ruisselant de ses plaies
Tu contemples ses yeux qui chavirent
Et son cœur qui ne sait maudire
Tu discernes son dernier soupir
Son cri vers le Père qui naguère te combla
Tu défailles dans ta douleur de mère
Et Jean est là qui t’enserre
Tu ne peux croire à la mort
De celui de qui la vie sourd
C’est toi qui voulais succomber d’abord
Mère que la détresse laboure

Notre-Dame des Douleurs
Pieta aux clous dans le cœur
Tu pleures le Fils de la promesse
Et communies depuis à toutes nos détresses

 

Véronique Belen         15 septembre 2021

Image : Retable d’Issenheim    Matthias Grünewald  (détail) , XVIe, musée Unterlinden de Colmar

Jour de mélancolie

10 juillet 2020 | Publié par Véronique Belen dans Prières - 1 commentaire


Forte et résiliente
C’est vrai, je le suis
Mais humblement, Seigneur, je te confie
Ce jour, ma mélancolie

Il m’a donné le nom, la vie,
La sécurité d’une enfance sans faim sous un toit pérenne
Le goût de l’effort et le sens inné de l’honnêteté
Il m’a donné l’envol et la fierté
D’être de cette famille-là
Droite et généreuse
Toujours unie dans l’adversité
Il m’a donné la mémoire des guerres et des paix
Le savoir des semis et des récoltes
La retenue dans les bonheurs et les révoltes
Le goût de la terre
Et de l’amitié
Il m’a tant donné !

Le voici, à l’heure où frappe la maladie
Criblé de tumeurs et sans appétit
Digne mais fatigué
Déjà sur l’au revoir
Déjà las de la vie

Le voilà arrivé sur le quai de la douleur
Celle qu’on soulage
Et celle qui fait peur
Celle qui ravage
Et ronge nos cœurs

Oh Seigneur, toi qui vois et comprends
Toi qui exauces et toi qui reprends
Epargne-lui la grande souffrance, je t’en supplie
Ne lui reprends pas, avant l’âme, déjà l’esprit
Ne laisse pas son corps se changer en cri
Donne-lui, parmi les blouses blanches
L’intelligence des intuitions sages
Et des sourires d’anges
Donne-lui le soin efficace
Et le geste doux qui soulage

J’ai toujours été
Et toujours je serai
Sa plus petite fille
Celle qui humait l’odeur de la sciure
Dans son atelier de menuisier
L’enfant admirant ses mains expertes
Sur le bois veiné

A l’heure où ses poignets se font chétifs
Donne-moi, Seigneur,
L’amour et la patience
De l’accompagner calme et sereine
Vers les radieux rivages
Où tu l’attends, Toi,
Et dans semblable lumière
Celle qu’il avait chérie
Epousée
Et faite notre mère
Tout au long d’une vie de fidélité

 

Véronique Belen          Juillet 2020

Près de Ton cœur
Loin de toute dévotion désuète
Mon repos

Près de Ton cœur
L’abondance du rachat
L’effacement de mes errances

Près de Ton cœur
Le doux murmure d’un inconditionnel amour
La plus sûre des fidélités

Près de Ton cœur
Le souffle inextinguible
De la Vérité

Près de Ton cœur
Enfin, toujours,
Ma liberté d’aimer

 

Véronique Belen
En la fête du Sacré Cœur de Jésus
Juin 2020

Déposer à Tes pieds

1 février 2020 | Publié par Véronique Belen dans Prières - Aucun commentaire

Déposer à Tes pieds
Le lumignon de nos vies
La veilleuse de nos souffrances
Le cierge de notre espérance

Déposer à Tes pieds
Le fardeau ou la joie des jours
Nos amours et nos finitudes
Nos requêtes et nos gratitudes

Déposer à Tes pieds
Suppliques et intercessions
Nos aimés comme une litanie
Nos bourreaux vers Ton cœur ami

Déposer à Tes pieds
Une lueur née de Ta lumière
Une bougie qui va consumant
Le flux de Ton cœur ardent

 

Véronique Belen           Février 2020

Gaudete ?

15 décembre 2019 | Publié par Véronique Belen dans Prières - Aucun commentaire

Seigneur, pardonne-moi
Mais je ne peux pas me réjouir
Quand un pays que j’aime
Le Burkina-Faso
Sombre dans la haine et le chaos
Par des semeurs de terreur et de mort
Qui défigurent ton visage et crucifient  ton Corps

Seigneur, pardonne-moi
Mais je ne peux pas me réjouir
Quand tous les jours ton Eglise est meurtrie
Par des révélations d’abus qui se multiplient
Corps souillés pour toujours
Âmes suppliciées par un faux amour

Seigneur, pardonne-moi
Mais je ne peux pas me réjouir
Quand ma toute petite sœur en humanité, encore mineure
Est broyée par la pieuvre prostitution
Quand on met dans les mains de mon tout petit frère
Une arme fratricide d’enfant de guerre

Seigneur, pardonne-moi
Mais je ne peux pas me réjouir
Quand pour beaucoup ici et là
Noël sera désespérance
Nuit froide sous une tente ou un carton
Mort anonyme aux portes de l’opulence

Seigneur, pardonne-moi
Si ma propre espérance va bien au-delà
D’une belle chasuble rose et d’une crèche apaisante
Je voudrais ton retour en ta gloire de Roi
Je voudrais la justice enfin pour ceux qui souffrent
Je voudrais le Royaume promis par les Prophètes
Je voudrais ta lumière qui transcende nos croix

Véronique Belen     Décembre 2019