Site de Véronique Belen
Header

« Les pensées tortueuses éloignent de Dieu » Sagesse 1, 3

11 novembre 2013 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

La Sophia orthodoxe

Commencement du livre de la Sagesse

Aimez la justice, vous qui gouvernez la terre, ayez sur le Seigneur des pensées droites, cherchez-le avec un cœur simple, car il se laisse trouver par ceux qui ne veulent pas le mettre à l’épreuve, il se manifeste à ceux qui ne refusent pas de croire en lui.
Les pensées tortueuses éloignent de Dieu, et, si l’on provoque sa toute-puissance, elle met en échec les insensés.
Car la Sagesse ne peut pas entrer dans une âme qui médite le mal, ni habiter dans un corps asservi au péché.
L’Esprit Saint, éducateur des hommes, fuit l’hypocrisie, il se détourne des pensées sans intelligence, il est mis en échec quand survient l’injustice.
La Sagesse est un esprit qui aime les hommes, mais elle ne laissera pas le blasphémateur impuni pour ses paroles ; car Dieu scrute ses reins, avec clairvoyance il observe son cœur, il écoute les propos de sa bouche.
L’Esprit du Seigneur remplit l’univers : lui qui tient ensemble tous les êtres, il entend toutes les voix.
Livre de la Sagesse 1, 1-7
©AELF

Le Livre de la Sagesse est l’un de mes préférés dans l’Ancien Testament. Je le trouve d’une richesse infinie, et souvent, je me dis que les agnostiques gagneraient beaucoup à le méditer, mais avec un coeur simple, comme le dit cet extrait.

« Les pensées tortueuses éloignent de Dieu », quelle vérité dans cette parole !
Moi-même, jeune fille, quand j’ai été prise dans les noeuds de la philosophie, j’en ai perdu la foi. Et pourtant elle est censée être l’amour de la sagesse ! Mais quelle sagesse recherche-t-elle ? Celle de l’esprit purement humain, de l’ego, ou celle de la Sagesse de Dieu ? Il y a une trentaine d’années, pour peu que l’on tombe sur un professeur de philosophie athée, on avait bien du mal à échapper aux pensées tortueuses et à la priorité donnée aux philosophes de la toute-puissance humaine.
Mais je n’ai aucun regret. Il fallait bien que je mûrisse un jour la foi de mon enfance.
Quelle consolation quand j’ai découvert et aimé le Livre de la Sagesse ! Quelle justification de mes luttes intérieures – et extérieures !
« L’Esprit Saint, éducateur des hommes, fuit l’hypocrisie, il se détourne des pensées sans intelligence, il est mis en échec quand survient l’injustice. »

Nous savons désormais à quoi nous en tenir. C’est en essayant d’avoir un coeur pur que nous attirerons à nous la grâce de l’Esprit Saint.

Image : Vassili Beliaev   La Sophia, Mosaïques à l’intérieur de la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé de Saint-Petersbourg

Source : http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Apercu-de-la-Sophia-dans-la-theologie-orthodoxe-russe_a1935.html?com

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *