Site de Véronique Belen
Header

Homélie de la nuit de Noël 2014 par Dom Ginepro, Abbé de Tamié

25 décembre 2014 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

Fêter Noël… Fêter, une fois de plus, Noël.

Cela pourrait se réduire, au fond, rien qu’à une occasion comme tant d’autres, un prétexte pour profiter d’un engouement, d’une exaltation collective… Ou bien… serait-ce pour nous quelque chose de radicalement différent ? Essayons de nous demander quel est, pour chacun de nous, ici, le sens de cette fête, au delà des idées reçues et des clichés que nous devons, bon gré mal gré, avaler.

Fêter, en chrétien, la naissance de Jésus, renvoie chacun de nous à une prise de conscience authentique et, me semble-t-il, nous demande un réel engagement personnel.

Voilà ce qu’un prêtre que je connais écrivait récemment : « arrêtons de répéter que nous entrons dans la magie de Noël » ! Cela voudrait dire que nous acceptons d’ouvrir une parenthèse dans la grisaille, pour entrer, plus ou moins consciemment, dans ce petit jeu qui veut (qui veut !) oublier (le temps d’une trêve) les misères et les cruautés du monde : les enfants consciemment massacrés, les malheurs des camps des réfugiés, les morts en mer dans les traversées du désespoir, peut-être le chagrin de notre voisin de pallier… Ces oublis, font-ils partie de la MAGIE en question ? On dirait que dans cette fameuse magie, que l’on ne cesse pas de nous souffler à l’oreille, tous ces évènements tragiques, bien réels pourtant, disparaissent enfin, comme enfermées (pour un temps très court, forcement) dans un placard imaginaire.

N’oublions pas que Noël est la fête, justement, de l’Incarnation du Dieu qui se fait homme pour nous sauver, pour nous ouvrir les yeux et pour changer nos regards. C’est curieux : dans cette histoire de « Magie » nous aurions tendance à en faire le jour d’une « désincarnation » de masse, un jour de l’oubli concerté ; un jour où, « s’il vous plait, au moins aujourd’hui, il faut nous laisser tranquilles pour naviguer dans nos beaux rêves d’enfance ! Laissez-nous souffler ! ».

Et mon ami prêtre, têtu, de conclure : « Non, Noël ce n’est pas magique ! c’est laborieux ! ». Je pense qu’il veut dire, par là, contrairement à ce que la publicité et la consommation forcenée nous claironne de toute part, que la fête de l’Incarnation de Dieu en Jésus nous propose toute autre chose que l’oubli et le désengagement ; au contraire, au contraire… ! C’est un jour où nous sommes invités à ne pas oublier.

Parfois, ce sont les enfants qui nous ouvrent les yeux, qui nous étonnent et qui nous donnent de belles leçons de vie.

A ce propos, j’ai trouvé un témoignage délicieux de Mère Térésa de Calcutta. Je suis tombé, sur une petite feuille jaunie, perdue quelque part dans mes vieux papiers. C’était bien mon écriture, mais je n’aurais pu dire quand j’avais transcrit cette anecdote. J’en ai déduit que ces quelques lignes je les avais mises de côté il y a bien d’années, peut-être lorsque Mère Térésa était encore vivante. Je vous lis ce bref témoignage. C’est elle, Mère Térésa, qui parle:

« Nous voulions organiser une représentation théâtrale avec des enfants pauvres du quartier sur le thème de Noël.

L’enfant choisi pour faire l’aubergiste ne voulait pas entrer dans son rôle. Tout ça lui semblait injuste: dire NON à la demande de deux pauvres ? Ce ne fut pas facile de le convaincre qu’il s’agissait d’un théâtre. Enfin il accepta.

Quand, en scène, il s’agit de répondre à saint Joseph qu’à l’auberge il n’y avait pas de place, l’enfant, habillé en aubergiste, hésita et ne put se passer d’ajouter : « … mais … si vous voulez… entrer, pour boire quelque chose… ».

Formidable ! Par cette entorse arrachée au texte, l’enfant montrait d’avoir tout compris. Dans sa logique naïve et saine qui lui interdisait de séparer son identité de pauvre et le rôle qu’on lui demandait de jouer (tout en se retrouvant -malheureusement- du mauvais côté), il ne put se résigner à ce refus inhumain et il se sentit obligé, au moins, de l’atténuer : « si… vous voulez… entrer pour boire quelque chose…».

Nous poursuivons notre eucharistie (qui est le corps et le sang du Christ accueilli et partagé entre frères et sœurs, le même Christ qui, Parole de Dieu, s’est fait homme pour nous sauver) ; nous la poursuivons sans oublier ces simples paroles de l’enfant de Mère Térésa.

Cela ne nous interdit pas de fêter aujourd’hui Noël et de partager notre joie. Au contraire ! A chacun de vous, frères, sœurs, les plus petits, jeunes et moins jeunes, de transposer les paroles et le souci de l’enfant dans vos quotidiens, dans vos familles, dans vos milieux de vie.

Cette nuit, nous sommes tous invités à entrer et à nous assoir à la Table de Dieu.

Source : http://www.abbaye-tamie.com/la_communaute/la_liturgie/homelies_tamie/homelies-2015/homelies-noelp-1/vue

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *