Site de Véronique Belen
Header

Homélie pour le 4ème dimanche de Carême 2015 sur Kérit

15 mars 2015 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

2 Chroniques 36, 14-16.19-23
Psaume 136
Ephésiens 2, 4-10
Jean 3, 14-21

Aujourd’hui, saint Jean nous invite à « regarder » la croix. Il nous faut oser contempler le Crucifié et l’adorer. Ce regard vers le Christ Sauveur est un regard de foi, un regard de confiance et d’amour. En nous tournant vers le Christ, nous accueillons la guérison et la vie.

La croix est le fruit du mal et de la haine de ceux qui ont rejeté Jésus. Mais Jésus a préféré livrer sa vie plutôt que de détruire ceux qui le rejetaient. Ainsi, en renonçant à faire violence et en choisissant de livrer sa vie, l’esprit de bonté et de compassion qui habite Jésus, est devenu le chemin par où Dieu nous transmet sa miséricorde. Sur la croix, Jésus est l’image la plus parfaite de Dieu et de son amour. Ce Dieu-Père de Jésus, qui se révèle sur la croix, est le Dieu qui n’est qu’amour. C’est un Dieu fragile, vulnérable et désarmé. C’est un Dieu qui ne peut s’imposer, car on ne peut imposer ou « acheter » l’amour. C’est au contraire un Dieu qui s’est exposé au refus de l’être humain. Un Dieu qui attend éternellement notre consentement sans jamais se lasser. Un Dieu veut nous sauver de notre propre destruction qui est de ne pas aimer.

Le serpent cloué sur le bois est signe de la victoire de Dieu sur le mal, signe de son amour qui n’a de cesse de vouloir guérir et sauver tout être humain. La mort de Jésus est un don d’amour, et c’est pourquoi elle est source de pardon. Seul celui qui aime peut recevoir la force de pardonner. Le cœur de Jésus n’a jamais connu le mal et il s’est gardé dans l’amour jusqu’à la mort : c’est pourquoi sa mort peut devenir un don de vie pour les autres.

Au contraire, celui qui n’a de relation avec Dieu qu’à travers les lois, les obligations et les interdits, celui qui vit sa relation avec Dieu comme avec un dangereux concurrent, celui-là ne peut venir à la lumière que lui propose Jésus, pour qui cette vision d’un Juge -qui ne peut être Père- est le péché le plus grave. Le Malin ne combat pas toujours Dieu ouvertement: sournoisement, il trace de Dieu le portrait d’un Créateur dont il faut avoir peur et dont on ne peut se laisser simplement aimer (Genèse 2).

Dieu : non pas une limite, non pas une menace, non pas un interdit, non pas une vengeance, mais l’Amour agenouillé qui attend éternellement le consentement de notre réponse libre et aimante. Le Bien est Quelqu’un, le Bien est une Personne, le Bien est une Vie…. Toute la sainteté est là : laisser vivre cet Autre en nous, qui est confié à notre amour. En Jésus, il n’y a plus de morale, il y a une mystique. Le bien, c’est nous en état de « oui » ouvert et confiant ; le mal, c’est nous en état de « non » replié et anxieux.

Père Charles-André Sohier

Source : http://www.kerit.be/homelie.php

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *