Site de Véronique Belen
Header

Homélie pour le 4ème dimanche de l’Avent 2015 à Tamié

20 décembre 2015 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

Michée 5, 1-4a
Psaume 79
Hébreux 10, 5-10
Luc 1, 39-45

Frères et soeurs, le 8 décembre, solennité de l’Immaculée Conception, l’évangile de la messe nous a fait le récit d’une rencontre qui a eu lieu à Nazareth, dans la maison de Marie. Lors de cette rencontre, l’ange Gabriel, en saluant Marie, lui a aussi révélé sa vocation : « Réjouis-toi ! », lui a-t-il dit. Oui, Marie a été appelée à la joie, à donner la joie. Après cette rencontre, Marie, qui porte en son sein le Verbe, la Parole faite chair, se met aussitôt en route vers la maison d’Élisabeth. L’évangéliste Luc ajoute cette précision : « Avec empressement ». C’est la sollicitude provoquée par la disponibilité de Marie à accomplir la volonté de Dieu, mais provoquée aussi par la joie. Celle qui porte en son sein le Christ, comment pourrait-elle ne pas être joyeuse ? Celui qui a rencontré le Christ ne peut pas retenir sa joie. Et il ne peut pas ne pas la communiquer.

Habituellement, nous considérons la joie comme un événement extraordinaire de la vie, lié à des circonstances heureuses. La joie nous est souvent présentée, surtout par les médias, comme la conséquence d’une forme physique parfaite, de la beauté, de la jeunesse, de la richesse, de vacances de rêve. Et nous en concluons que la joie est une chose rare, réservée à une petite élite; joie éphémère, comme sont éphémères la jeunesse et la beauté. Eh bien, je crois que nous nous trompons. La joie est, me semble-t-il, le sentiment d’une plénitude de sa propre vie, la découverte que la vie est quelque chose de grand et de beau, qui ne dépend pas de situations éphémères.

Pour nous, chrétiens, la joie est enracinée dans notre foi en un Dieu qui est amour. Cette foi nous permet de vivre dans l’intimité de Dieu, qui s’est révélé à nous dans le visage infiniment aimable de Jésus, le fils de Marie. En Jésus, Dieu s’est fait tel qu’on puisse l’aimer, a écrit notre père saint Bernard de Clairvaux. La joie enracinée dans la foi est capable aussi d’endurer la contradiction et la souffrance. Même Marie, appelée à la joie par l’ange, a eu l’âme transpercée par une épée, aux pieds de la croix. La Vierge qui chante sa joie à la Visitation est aussi Notre-Dame des douleurs.

Mais la foi atteste qu’il n’y pas de Vendredi saint sans le dimanche de Pâques, et que la mort elle-même n’est qu’un passage. Grâce au Christ, la vie l’emporte sur la mort, la vie garde une plénitude, une force que même la douleur ne saurait détruire.

Certes, cela ne veut pas dire que la foi met les croyants à l’abri des souffrances, qui sont le lot commun à toute l’humanité. La douleur ne fait pas de différence entre les croyants au Christ et les non-croyants, ou les croyants des autres religions. Ce que la foi en Jésus nous donne est ce fond de sérénité et de paix inébranlables qui demeure, comme un cantus firmus, même dans la tribulation ; fermeté dans l’espérance du salut donné par Dieu ; confiance qui nous vient de l’abandon à Dieu. Élisabeth salue Marie en l’appelant « heureuse », car elle « a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

Oui, pour que la joie soit enracinée dans la foi, elle doit se nourrir de la Parole de Dieu, la Parole qui a pris chair en Marie et qui nous parvient aujourd’hui dans les Saintes Écritures transmises par l’Église. Marie accueille la Parole ; la garde dans son sein ; la porte à Élisabeth et à nous tous.

Dans la maison d’Élisabeth, lorsque Marie entre, la joie éclate : Jean-Baptiste tressaille d’allégresse dans le sein de sa mère ; Élisabeth, remplie d’Esprit Saint, s’écrie d’une voix forte ; Marie magnifie le Seigneur. C’est la jubilation, parce que les promesses que Dieu a faites à son peuple sont en train de s’accomplir. Et Dieu est fidèle à ses promesses : béni soit son Nom.
Amen !

Frère Raffaele

Source : http://www.abbaye-tamie.com/la_communaute/la_liturgie/homelies_tamie/homelies-2015/avent_4/vue

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *