Site de Véronique Belen
Header

Le pur et l’impur, ou contre la dictature de la virginité

8 février 2017 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

En ce temps-là, appelant de nouveau la foule, Jésus lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien.
Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »
[…]
Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l’interrogeaient sur cette parabole.
Alors il leur dit : « Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur,
parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé ? » C’est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments.
Il leur dit encore : « Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur.
Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres,
adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure.
Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »

Marc 7, 14-23
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

Cet évangile n’arrive pas si souvent dans la liturgie, alors aujourd’hui, je me lance. Si je n’avais une grande proximité de cœur avec le Seigneur, je n’oserais pas extrapoler sa Parole. Or, ce texte se prête parfaitement à une petite variation qui me trotte dans la tête depuis fort longtemps :
« Écoutez-moi tous, et comprenez bien.
Rien de ce qui est extérieur à la femme et qui entre en elle ne peut la rendre impure. Mais ce qui sort de la femme, voilà ce qui rend la femme impure. »

La suite de l’évangile s’appliquant indifféremment à l’humain, homme ou femme. Jésus y dénonce les vrais critères d’impureté.

Le Christ Jésus a eu à se battre contre le légalisme, les prescriptions rituelles et alimentaires qui étouffaient la pratique de la religion dans laquelle il avait été élevé.
Je voudrais à mon tour m’insurger contre la dictature de la virginité dans la religion catholique – la mienne – et d’autres traditions.
Car enfin, cette parole de Jésus est parfaitement transposable dans ce contexte-là. Evidemment, c’eût été pur scandale pendant des siècles de dire une chose pareille. J’ose le faire car je pense que notre époque est mûre pour l’entendre.

Je supporte de plus en plus mal les envolées lyriques sur « le sein très pur de la Vierge Marie » : est-ce à dire qu’il a suffi de son hymen intact avant et après la conception de Jésus pour qu’il soit saint ? Que l’on considère plutôt la réalité des faits : c’est parce qu’il n’a que Dieu pour Père, et aucun autre géniteur masculin, que Jésus est saint. A mon sens, souligner la virginité de Marie à la conception de Jésus n’a pas d’autre intérêt que de renforcer cette vérité fondamentale de notre foi.

Partant de là, je ne vois aucune raison pour laquelle Marie, mariée à Joseph, aurait dû dans sa vie conjugale ultérieure demeurer dans la virginité. Le fait d’être mère d’autres enfants allait donc la rendre « impure » ? N’a-t-elle pas plutôt vécu sa qualité d’épouse juive en toute cohérence et observance en consommant son mariage et en étant féconde avec son époux, dans la fidélité ?

Sur la virginité pour le Seigneur, qui est une noble attitude correspondant à une vocation sincère, je reviendrai une autre fois. Mais que l’on cesse enfin de glorifier la mère de Jésus parce qu’elle serait demeurée vierge contre toute logique. La gloire de Marie est dans son « Oui » et dans sa maternité à chaque fois consentie. Dans son humilité et sa fidélité à la Parole de Dieu et à sa propre tradition religieuse. Dans son intercession incessante pour nous depuis le Ciel. Au regard de tout cela, la petite membrane de son hymen est en vérité très peu de choses…

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

2 commentaires



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *