Site de Véronique Belen
Header

Prophétie contre Medjugorje

10 septembre 2017 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

La parole du Seigneur me fut adressée :
« Fils d’homme, je fais de toi un guetteur pour la maison d’Israël. Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part.
Si je dis au méchant : “Tu vas mourir”, et que tu ne l’avertis pas, si tu ne lui dis pas d’abandonner sa conduite mauvaise, lui, le méchant, mourra de son péché, mais à toi, je demanderai compte de son sang.
Au contraire, si tu avertis le méchant d’abandonner sa conduite, et qu’il ne s’en détourne pas, lui mourra de son péché, mais toi, tu auras sauvé ta vie. »

Ézéchiel 33,7-9
Textes lioturgiques©AELF

Difficile mission du prophète de Dieu ! Lui qui n’est qu’un faible parmi les faibles, il doit porter la parole du Très-Haut contre ceux qui se croient dans leur bon droit et ne voient pas la ruine qui s’annonce sur eux pour toutes leurs idolâtries… Et comme depuis toujours dans les temps bibliques, pour un prophète authentique qui se lève, abondance de faux prophètes que le peuple écoute avec avidité et qui entendent ridiculiser et noyer les avertissements de Dieu, quand ils ne les font pas tout bonnement passer pour des manœuvres de l’Adversaire…

De nos jours, dénoncer les idolâtries de la part de Dieu est encore plus périlleux, car elles se déguisent avec des oripeaux de sainteté, elles s’infiltrent partout dans l’Eglise en feignant la foi et la pureté, elles font la leçon à ceux qui ne les partagent pas et entendent conquérir jusqu’à la chaire de Pierre.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : aujourd’hui, il y a péril en la demeure. L’idolâtrie triompherait si l’Eglise catholique romaine se décidait ces temps-ci à reconnaître comme authentiques les « apparitions » de Medjugorje, même seulement les sept premières en 1981. La tentation est forte, terrible, clivante : tant de pèlerins là-bas, tant de vocations de prêtres, tant de conversions et aussi, bien sûr, tant de rentrées d’argent !

Mais ne convient-il pas d’examiner de près ces « vocations » et ces « conversions » ? Sont-elles ferment d’unité dans l’Eglise ? Sont-elles leviers de progrès œcuménique ? Sont-elles facteur d’intégration de tous ceux qui sont aux marges de l’Eglise à cause de telle ou telle situation non conforme au droit canon ? Sont-elles témoins de l’Evangile authentique, au point de ramener le cœur des baptisés égarés vers leur Seigneur le Christ Jésus ? Donnent-elles une image juste et ouverte de l’Eglise, proclament-elles la vérité sur Marie mère de Jésus ?

A toutes ces questions, je réponds, malgré la poudre aux yeux que nous envoie Medjugorje : « Non ».

Je n’ai pas de comptes à régler avec ce faux sanctuaire où je n’ai jamais mis les pieds, Dieu m’en garde. Mais depuis des décennies, je lis ce qu’il s’en dit, je m’infiltre dans les débats des « pro » et des « anti », je guette toutes les paroles du Vatican à ce sujet, j’observe le comportement et les discours des conquis de la Gospa. Et surtout, surtout, je prie à ce sujet, j’interroge sans relâche le Seigneur, j’écoute dans mon cœur le murmure de l’authentique Vierge Marie. Et à la faveur des lectures liturgiques d’aujourd’hui, je le réaffirme avec force : non, la Vierge Marie n’est jamais apparue à Medjugorje, pas même en 1981, non, la Gospa ne vient pas du Ciel, elle est une émanation redoutablement bien fabriquée du Malin. L’illusion est presque parfaite, tant la Gospa appelle à la sainteté de vie. Mais quelle sainteté ? Celle des observances morales et liturgiques, rien de plus ! On m’objecte depuis des années que Satan ne peut pas vouloir cela. Mais si, il le désire profondément ! Car quel objectif poursuit-il, sinon infiltrer l’Eglise jusqu’en son cœur pour mieux la diviser puis la détruire de l’intérieur ? Que veut-il lui laisser, sinon une carcasse morale vide de foi en Christ et une liturgie creuse où la prière se tournerait vers une fausse madone incapable en raison de la supercherie d’intercéder en quoi que ce soit vers Dieu ?

Que l’on ne se méprenne pas : j’ai un très grand amour pour la Mère de Jésus et je la prie très souvent, je sens très profondément dans mon cœur et dans mon âme sa douce intercession et sa sollicitude bienveillante. C’est même en son nom, d’abord, que j’écris ces lignes. Parce qu’elle n’en peut plus de ce fantôme de Gospa qui étourdit les âmes et les détourne de la vraie foi en la Parole de son Fils. Une Parole subversive qui n’a rien à voir avec ces messages sirupeux qui enferment des milliers de catholiques dans une bonne conscience à peu de frais et dans une déviance vers une idolâtrie détestée du Père et du Fils.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

2 commentaires

  • P Jean Louis de Fombelle says:

    La violence de vos propos contre Mejugorje m’étonne. Je suis prêtre et accompagne chaque année un pèlerinage d’une centaine de personnes et je suis témoin de tous les fruits qu’apporte cette démarche.
    Vous pouvez parfaitement être chrétien sans croire à l’authenticité des apparitions. Personne ne vous oblige à y croire. Notre foi ne repose pas sur ces apparitions mais sur la Résurrection du Christ.
    Cependant vous dites que vous n’êtes jamais allé à Medjugorje. Alors ne jugez pas de l’extérieur et réjouissez-vous si pour beaucoup de catholiques Medjugorje est un lieu de conversion et de grâce.

    • Véronique Belen says:

      Bonjour Père de Fombellle,

      Une première précision : je suis une femme. Ce qui ne m’exclut pas du cercle des personnes aptes à discerner.

      D’autre part, je ne « juge pas de l’extérieur ». Si vous pensez cela, c’est que vous m’avez très mal lue. Beaucoup de catholiques, comme moi, ne cautionneraient en aucune manière Medjugorje en y allant. C’est déjà bien assez malheureux que tant de pèlerins se laissent abuser financièrement et spirituellement là-bas.

      Le pape François ne croit pas aux messages de votre « Gospa », A-t-il donc tort parce qu’il n’y est jamais allé ?

      Je n’ai pas écrit cet article sur un coup de tête irréfléchi : dénoncer l’illusion de Medjugorje, c’est mon combat depuis des années, et je ne changerai pas d’avis à ce sujet. Le Seigneur m’est témoin. Marie aussi.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *