Site de Véronique Belen
Header

« Et qui aurait connu ta volonté, si tu n’avais pas donné la Sagesse et envoyé d’en haut ton Esprit Saint ? » Sagesse 9, 17

8 septembre 2019 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

Quel homme peut découvrir les intentions de Dieu ? Qui peut comprendre les volontés du Seigneur ?
Les réflexions des mortels sont incertaines, et nos pensées, instables ;
car un corps périssable appesantit notre âme, et cette enveloppe d’argile alourdit notre esprit aux mille pensées.
Nous avons peine à nous représenter ce qui est sur terre, et nous trouvons avec effort ce qui est à notre portée ; ce qui est dans les cieux, qui donc l’a découvert ?
Et qui aurait connu ta volonté, si tu n’avais pas donné la Sagesse et envoyé d’en haut ton Esprit Saint ?
C’est ainsi que les sentiers des habitants de la terre sont devenus droits ; c’est ainsi que les hommes ont appris ce qui te plaît et, par la Sagesse, ont été sauvés.

Sagesse 9,13-18
Textes liturgiques©AELF

Joie de voir en lecture du jour un extrait du Livre de la Sagesse, que je trouve trop peu lu en Eglise !
Et encore a-t-on choisi ici un extrait peu explicite sur la nature de la Sagesse et sur sa féminité si éminemment suggérée dans tout ce livre.
On peut élargir le propos, et au lieu de voir Salomon dans le Roi de ces pages (Sagesse 7 à 9), y discerner le Christ Jésus lui-même. N’est-il pas évoqué de manière prophétique en Sagesse 8, 10-14 par exemple ?

Grâce à elle, j’aurai la gloire auprès des foules, et l’honneur auprès des anciens, malgré ma jeunesse.
Au tribunal, on reconnaîtra ma perspicacité ; devant moi les puissants seront dans l’admiration.
Si je me tais, ils attendront ; si je parle, ils prêteront l’oreille ; si je prolonge mon discours, ils se garderont de m’interrompre.
Grâce à la Sagesse, j’aurai l’immortalité, je laisserai à la postérité un souvenir éternel.
Je dirigerai des peuples, et des nations me seront soumises.

Ou encore, dans l’extrait 9, 7-8 :

Tu m’as choisi pour régner sur ton peuple, pour gouverner tes fils et tes filles ;
tu m’as ordonné de bâtir un temple sur ta montagne sainte, un autel dans la ville où tu demeures, imitation de la demeure sainte que tu fondas dès l’origine.

Je ne comprendrai jamais pourquoi l’Eglise catholique professe que Jésus est la personnification de la Sagesse, alors qu’à l’évidence, il apparaît davantage dans le personnage masculin nommé ici Salomon – comme dans le Cantique des cantiques – et que la Sagesse, quant à elle, est sa partenaire de prédilection, débordant de féminité. Il n’y a vraiment que des commentateurs masculins un brin misogynes pour nier ce féminin et prétendre qu’un homme, le Christ Jésus, fût-il le Fils de Dieu, puisse être une personnification de la Sagesse. C’est complètement contradictoire avec ce texte magnifique dont il est temps de saisir le sens profond.

Ainsi, on comprend bien mieux que dès les origines, il y avait dans Dieu le Père deux puissances en devenir : l’une, masculine, qui deviendrait le Verbe, le Logos autrement dit, et l’autre, féminine, qui deviendrait à son tour Sagesse du Père, autrement dit la Sophia, que l’Eglise devrait se hâter de rechercher, comme le fit Salomon, et de découvrir en vérité. Elle est la prédilection du Fils, et il ne peut plus désormais se concevoir sans elle. Il est encore temps, peut-être, que les hommes d’Eglise, pétris d’argile et à l’esprit alourdi par leur entre-soi masculin et leur souci de s’auto-absoudre de leurs fautes innombrables depuis vingt siècles, acceptent d’entendre une voix féminine de discernement et de sagesse qui serait capable de les enseigner sur le présent de l’Eglise terrestre et des réalités célestes qui ne sont pas à la portée de tout un chacun, mais auxquelles elle, elle a accès.

Or la Sagesse est avec toi, elle qui sait tes œuvres ; elle était là quand tu fis l’univers ; elle connaît ce qui plaît à tes yeux, ce qui est conforme à tes décrets.
Des cieux très saints, daigne l’envoyer, fais-la descendre du trône de ta gloire. Qu’elle travaille à mes côtés et m’apprenne ce qui te plaît.
Car elle sait tout, comprend tout, guidera mes actes avec prudence, me gardera par sa gloire.

Sagesse 9, 9-11

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *