Site de Véronique Belen
Header

« Laissez les enfants, ne les empêchez pas de venir à moi » Matthieu 19, 14

18 août 2012 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

On présenta des enfants à Jésus pour qu’il leur impose les mains en priant. Mais les disciples les écartaient vivement.
Jésus leur dit : « Laissez les enfants, ne les empêchez pas de venir à moi, car le Royaume des cieux est à ceux qui leur ressemblent. »
Il leur imposa les mains, puis il partit de là.

Matthieu 19, 13 – 15

A lire cet Evangile, je me dis qu’en 2000 ans, on est passé d’un extrême à l’autre. Les disciples écartent les enfants de Jésus, comme s’ils n’étaient pas dignes de s’approcher de lui. Sans doute étaient-ils quantité négligeable dans la société dans laquelle il vivait.

Le message du Christ est bien passé je pense, du moins de nos jours ; qui recherche vraiment de Royaume de Dieu sait qu’il faut ressembler spirituellement à un enfant pour y accéder. Et les enfants sont toujours bénis avec douceur quand ils viennent à l’église.

Oui mais.

J’ajouterai deux réflexions, parce que je connais très bien les enfants, pour travailler avec eux tous les jours dans mon métier d’institutrice. Ils ont certes cette curiosité et cette fraîcheur d’esprit qu’adultes, nous perdons. Ils sont capables de se réconcilier très vite les uns avec les autres quand il y a eu un conflit. Ils partagent volontiers, et s’épanouissent dans un rôle d’entraide. Ils savent nourrir des amitiés profondes, souvent sans tenir compte des différences de toutes sortes. Ils se consolent spontanément entre eux.

Mais d’un autre côté, le fait d’être de fratries peu nombreuses et surinvestis par leurs parents peut les conduire à certaines attitudes désinvoltes, irrespectueuses envers l’adulte et le semblable, voire tyranniques. Je connais des enfants qui sont d’un égoïsme et d’une prétention incroyables. Et dans ces cas-là, la plupart du temps, quand on en parle à leurs parents, ils sont défendus dans leur attitude comme si on la leur reprochait à eux-mêmes. Il n’y a pas de mystère. Les enfants rois chez eux ont une certaine difficulté à ne pas prendre les autres – et même l’adulte –  pour leurs valets à l’école.

Mon autre réflexion, c’est que nous avons bien oublié, en particulier en France, la recommandation de Jésus : ne les empêchez pas de venir à moi. Dans certaines familles, il y a un tel rejet de tout ce qui est, de près ou de loin, religieux, que l’on préfère maintenir à tout prix les enfants dans l’ignorance de la personne de Jésus et de l’Evangile. Ou alors on va leur en parler brièvement en balayant le sujet d’un revers de la main, comme un détail, une légende invérifiable. Il m’est arrivé de voir les mêmes personnes considérer le christianisme comme une imposture et se scandaliser que quelqu’un puisse dire à leur enfant de 6 ans que le Père Noël n’existe pas.

Alors oui, Jésus, je crois qu’il y a 2000 ans ou aujourd’hui, nous n’avons toujours pas compris comment laisser les enfants t’approcher…

Source image : http://my.opera.com/Prayerman/blog/index.dml/tag/Warnier

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

1 commentaire

  • André BONDU says:

    Véronique, nous avons déjà eu l’ occasion d’ en parler, puisque mes deux filles sont, comme toi, dans l’ enseignement, contrairement à ce qu ‘on pourrait penser, les rapports avec les parents sont, souvent, plus faciles et plus fructueux dans les collèges des villes mal cotées que dans ceux des quartiers plus huppés..
    .
    La plus jeune a enseigné 17 ans dans un collège, dit difficiles des Yvelines. Elle me disait, pendant nos vacances en juillet,. que les réunions avec les parents se passaient toujours bien.. Quelques parents se désintéressent de leurs enfants, mais contrairement. à ce qu’ on peut croire, la grande majorité d’ entre eux venaient la voir et il était possible d’ avoir de bons échanges avec eux; Conscients de leurs manques, ils avaient à coeur de s’ intéresser à leurs enfants, suivaient leur scolarité et demandaient des conseils aux professeurs.
    .Pour se rapprocher de chez elle et, aussi, changer ( voir autre chose au bout de 17 ans ), elle a réussi à se faire muter tout près de chez elle, mais dans un collège aux antipodes du précédent, dans une petite ville huppée des Hauts de Seine;
    Elle me disait qu’elle s’ inquiétait déjà des rapports qu’ elle allait avoir avec les parents, qui viendront lui donner des conseils, lui dire comment faire son métier, en la prenant pour une imbécile, et, surtout, pour toujours donner raison à leur progéniture contre les professeurs !

    Je lui ai répondu que je ne me faisais aucun souci, que Dieu lui donnerait toutes les grâces nécessaires;
    Ce qui n’ empêche qu’ elle avait entièrement raison

    Quand j’ avais 7 ans, c’ était toujours le  » petit Jésus » qui nous apportait des cadeaux à Noël. Puis le Père Noël a remplacé, par la suite, le Petit Jésus ( pas chez mes parents), et Tino Rossi a chanté « Petit Papa Noël »..
    Chaque année, encore maintenant, La Poste engage tout un bataillon de rédacteurs pour répondre au courrier envoyé au Père Noël par des milliers et des milliers d’ enfants; Il faut quand même bien leur prouver que le Père Noël existe bien !
    Tout le courrier adressé au Père Noël est orienté automatiquement vers une ville du Sud-Ouest ( dont j’ ai oublié le nom ) et où se trouve le PC du courrier du Père Noël. Et allez dire, après cela, que le Père Noël n’ existe pas. Ce sont les parents qui vous arracheraient les Yeux !

    Je vais actuellement sur le Nouveau Forum de Crolre.com . C’ est toujours, en fait, un centre d’ information sur toutes les questions concernant la religion, où chacun vient poser sa question. Je suis sidéré des questions posés sur le Baptème, la « petite communion », la Communion solennelle, le catéchisme, la confirmation, le mariage à l’ Eglise, le refus de la communion., etc…..
    La plupart des internautes qui viennent, ne pratiquent pas, ne croient pas, n’ envoient pas leurs enfants au catéchisme, sont divorcés remariés, adultéres, mais ils  » exigent » que leur enfant soit baptisés ( c’ est important pour qu’ il puisse,un jour se marier à l’ église), que tel parent qui n’ a pas la Foi soit, quand même, le parrain parce qu il faut, quand même bien, respecté les convenances ! que leur enfant fasse sa première communion ( que dirait la famille s’ il ne la faisait pas ? ), qu’ eux-mêmes puissent communier aux grandes occasions, toujours à cause du qu’ en-dira-t-on. Dans une famille qui n’ a plus la foi, l’ enfant est obligé d’ aller au catéchisme, parce que çà se fait et que la belle-famille l’ exige, le mère veut qu’ il fasse sa première communion ( toujours pour la belle-famille), mais l’ enfant refuse, il dit qu ‘il ne croit pas un mot de ce qu’ on lui raconte au catéchisme. Et la mère, désemparée, de demander : que dois-je faire ?

    « Laissez les enfants venir à moi ! « . Mais comment ? dans notre monde d’ aujourd’hui ; ou bien ce sont les enfants qui refusent catégoriquement, ou bien ce sont les parents qui les en empêchent, ou bien, le comble, qu’ ils aillent à Jésus,mais pour faire semblant, que, surtout, il ne les embrigade pas ;seulement pour que « leurs papiers » soient en règle…
    Jésus le sait bien… C’ est pour cela qu ‘il est mort..
    Alors, faisons-lui confiance, gardons l’ ESPERANCE. !
    Merci, Véronique..



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *