Site de Véronique Belen
Header

« Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! » Jean 1, 49

24 août 2012 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

Philippe rencontre Nathanaël et lui dit : « Celui dont parlent la loi de Moïse et les Prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. »
Nathanaël répliqua : « De Nazareth ! Peut-il sortir de là quelque chose de bon ? » Philippe répond : « Viens, et tu verras. »
Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare : « Voici un véritable fils d’Israël, un homme qui ne sait pas mentir. »
Nathanaël lui demande : « Comment me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. »
Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! »
Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. »
Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l’homme. »

Jean 1, 45 – 51

Quand je lis cette page d’Evangile, j’ai envie de m’en réjouir, tout simplement. Goûter la scène. Philippe qui croit en Jésus et le présente à Nathanaël. Nathanaël d’abord dubitatif, puis troublé quand le regard de Jésus s’enfonce dans le sien et qu’il voit juste en lui. Et Nathanaël qui confesse aussitôt Jésus comme Fils de Dieu !

Qui est capable, 2000 ans plus tard, alors que tant de témoins ont confessé leur foi en Jésus Christ, de se laisser saisir par son regard et de le reconnaître aussitôt comme son Seigneur ? Qui est capable de reconnaître un jugement inspiré de l’Esprit Saint ?

Pas tant de monde que ça, en définitive… Il y a certes dans certains milieux un engouement pour « Jésus », auquel on attribue tous les meilleurs qualificatifs, on s’enivre de son nom, on est sûr d’être baigné dans l’Esprit Saint, on irait jusqu’aux larmes en le priant dans la liesse…

Et moi j’ai envie de répondre à tout ça : c’est peut-être quand on ne perçoit pas les cieux ouverts et qu’on ne voit pas des anges monter et descendre autour d’apparitions bizarres que l’on rencontre vraiment le Christ. Le vrai. Celui dont parlent la loi de Moïse et les Prophètes, celui qui se donne à connaître avant toute chose dans les Ecritures, quand nous sommes, comme Nathanaël, sous le figuier.

 

Source image : http://www.homelie.biz/2-album-364167.html

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

1 commentaire

  • André BONDU says:

    Je me demande souvent ce que c’ est que la FOI !
    Pour les apôtres, ce n’ a certainement pas toujours été évident !
    Il leur a tellement fallu réviser toutes leurs « notions de religion », pour suivre un Jésus qui disait toujours le contraire de ce que chacun croyait dans le confort de ses convictions !
    Pour Nathanaël, de se laisser transpercer par le regard de Jésus.
    Et, quand Pierre a dit :  » Seigneur,à qui irions-nous, tu as les paroles de la Vie éternelle. ?
    Il devait être bien troublé, le Simon, comme tous les autres; Tes paroles, Seigneur, sont dures à comprendre et à accepter. Il s’ est lancé, parce qu ‘il n’ y avait pas d’ autres issues; Un peu le pari de Pascal. !
    Et, jusqu’au bout, sa Foi a vacillé, puisque au moment le plus terrible, il a eu honte de reconnaître qu ‘il était son disciple…Mais, Dieu pardonne toujours, il connait notre faiblesse.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *