Site de Véronique Belen
Header

Homélie du 1er dimanche de Carême à Voreppe

17 février 2013 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

L’homme et le vrai menteur

En ce premier dimanche de Carême, la liturgie nous présente un Évangile qui, toujours, nous surprend : celui de la tentation de Jésus par Satan. Si Jésus est le Fils unique de Dieu, peut-il vraiment être tenté par le Diable ? « Si tu es le Fils de Dieu », cette parole, qui n’exprime que l’ironie de Satan, proclame pourtant la pleine identité de Jésus. Satan qui se croit tout-puissant n’est donc qu’un aveugle. En effet, il ne voit pas que Jésus arrive au désert poussé par l’Esprit Saint, Esprit de lumière et de force, dont il a été comblé et investi, par Dieu lui-même, lors de son baptême au Jourdain.

Comprenons bien : c’est pour nous, les hommes, que Jésus se livre à la tentation comme, plus tard, pour nous toujours, il se livrera à la mort. En cela, Jésus assume toute l’histoire d’Israël puisqu’il est son Messie et même, celle de toute l’humanité qui a commencé par la tentation d’Ève et d’Adam avant de se poursuivre dans l’histoire du peuple élu. Ce peuple déjà tenté en Égypte, puis au pied du Sinaï et dans sa marche au désert durant quarante ans. Peuple de Dieu, toujours tenté, toujours vaincu ! Quand Jésus sort victorieux de la tentation, et cela par trois fois, c’est pour Israël et pour tous les hommes qu’il remporte cette victoire et, en cela, il est déjà notre Sauveur. L’Évangile présente la tentation de Jésus en trois étapes successives. Elle concerne la faim, relation de l’homme avec lui-même, puis, en un second temps, le pouvoir, relation de l’homme avec le monde, enfin la mise à l’épreuve de Dieu lui-même, l’homme dans sa relation avec Dieu. Les trois réponses de Jésus, reprenant des paroles de Dieu dans l’Ancien Testament, mettent fin provisoirement aux tentations de Satan, lequel va s’écarter de lui « jusqu’au moment fixé », c’est-à-dire jusqu’au moment de la Passion.

Pourquoi Satan tente-t-il Jésus ? Sans doute pour le gagner à lui-même tout en le séparant de Dieu, ce qui confirme bien l’ignorance de Satan. Cependant, derrière ces tentations se révèle l’intention profonde du Diable, à savoir la destruction de l’homme lui-même. Satan, en effet, depuis le commencement, reste toujours jaloux de l’homme et de ce qu’il est en vérité : la seule créature à l’image et ressemblance de Dieu. Satan sait bien que s’il arrive à écarter Dieu de la vie de l’homme et du monde, il aura détruit l’homme en ce qu’il a de plus vrai et de plus beau.

Si l’humanité est vraiment sauvée en Jésus le Seigneur, elle peut toujours, en ne comptant que sur ses seules forces, se détruire elle-même en raison de ses propres convoitises et illusions. De cette destruction, toujours possible et toujours à l’œuvre en notre monde, l’histoire récente, hélas, nous en donne des preuves irréfutables. Si nous savons les discerner !

Pour conclure sur une note d’espérance, en cette marche avec le Christ vers Pâques, voyons comment Jésus, concrètement, sauve l’homme. La seconde lecture de ce jour nous donne la bonne réponse : l’homme est sauvé quand est restaurée son unité profonde, quand ce qu’il croit en son cœur, il le confesse sur ses lèvres. Quand le cœur et les lèvres son accordés, l’homme retrouve alors son unité originelle. Tel est aussi l’enseignement de saint Benoît qui nous rappelle cette vérité de l’homme, à savoir que son esprit doive s’accorder avec sa voix. C’est ainsi que l’homme est de nouveau accordé avec lui-même quand, avec Dieu, il se retrouve pleinement accordé. Réconcilié avec Dieu, l’homme peut alors l’être avec lui-même et avec tous ses frères les hommes. Beau programme de Carême pour nous tous !

Prédicateur :
Père Jean de la Croix Robert
Références bibliques :
Dt 26, 4-10 ; Ps 90 ; Rm 10, 8-13 ; Lc 4, 1-13
Monastère des Clarisses
Voreppe
Source : http://www.lejourduseigneur.com/Web-TV/Homelies/Temps-du-Careme/1er-dimanche/C/Homelie-de-la-messe-a-Voreppe

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

2 commentaires

  • André BONDU says:

    Pourquoi Satan tente-t-il Jésus ?
    Voici la belle réponse de Saint Augustin…

    HOMÉLIE DE SAINT AUGUSTIN SUR LE PSAUME 60

    Dans le Christ, c’est nous qui sommes tentés.

    Entends ma plainte, Seigneur, écoute ma prière .
    Qui donc parle ?
    Il semble que ce soit un seul homme.
    Regarde si c’est un seul :
    Des extrémités de la terre,
    je crie vers toi,
    parce que mon cœur est angoissé .
    Il n’est donc plus un seul désormais ;
    mais il est un seul parce que le Christ est unique,
    et pourtant nous sommes tous ses membres.
    Car, est-ce qu’un seul homme crie des extrémités de la terre ?
    Ce qui crie des extrémités de la terre ne peut être que cet héritage
    au sujet duquel le Père a entendu cette parole :
    Demande, et je te donne les nations en héritage,
    les extrémités de la terre pour domaine .

    Ce domaine du Christ,
    cet héritage du Christ,
    ce corps du Christ,
    cette unique Église du Christ,
    cette unité que nous sommes,
    c’est elle qui crie des extrémités de la terre .

    Mais que crie-t-elle ?
    Ce que j’ai dit tout à l’heure :
    Entends ma plainte, Seigneur, écoute ma prière ;
    des extrémités de la terre, je crie vers toi .
    J’ai crié cela vers toi des extrémités de la terre ,
    c’est-à-dire de partout.

    Mais pourquoi ai-je crié cela ?
    Parce que mon cœur est angoissé .
    Le corps du Christ montre qu’il est,
    à travers toutes les nations,
    sur toute la terre,
    non pas dans une grande gloire,
    mais dans une grande épreuve.

    Dans son voyage ici-bas,
    notre vie ne peut pas échapper à l’épreuve de la tentation,
    car notre progrès se réalise par notre épreuve ;
    personne ne se connaît soi-même
    sans avoir été éprouvé,
    ne peut être couronné sans avoir vaincu,
    ne peut vaincre sans avoir combattu,
    et ne peut combattre s’il n’a pas rencontré l’ennemi et les tentations.

    Il est donc angoissé,
    celui qui crie des extrémités de la terre,
    mais il n’est pas abandonné.
    Car le Christ a voulu nous préfigurer,
    nous qui sommes son corps,
    dans lequel il est mort,
    est ressuscité
    et monté au ciel ;
    c’est ainsi que la Tête a pénétré la première
    là où les membres sont certains pouvoir la suivre.

    Il nous a donc transfigurés en lui,
    quand il a voulu être tenté par Satan.
    On lisait tout à l’heure dans l’évangile
    que Seigneur Jésus Christ, au désert, était tenté par le diable.
    Parfaitement !
    Le Christ était tenté par le diable ;
    dans le Christ, c’est toi qui étais tenté,
    parce que le Christ tenait de toi sa chair,
    pour te donner le salut ;
    tenait de toi sa mort, pour te donner la vie ;
    tenait de toi les outrages,
    pour te donner les honneurs ;
    donc il tenait de toi la tentation,
    pour te donner la victoire.

    Si c’est en lui que nous sommes tentés,
    c’est en lui que nous dominons le diable.
    Tu remarques que le Christ a été tenté,
    et tu ne remarques pas qu’il a vaincu ?
    Reconnais que c’est toi qui es tenté en lui ;
    et alors reconnais que c’est toi qui es vainqueur en lui.
    Il pouvait écarter de lui le diable ;
    mais, s’il n’avait pas été tenté,
    il ne t’aurait pas enseigné,
    à toi qui dois être soumis à la tentation,
    comment on remporte la victoire.

  • Véronique says:

    Et la belle homélie du jour à l’abbaye de Tamié, par frère Marco, ici :

    http://www.abbaye-tamie.com/la_communaute/la_liturgie/homelies_tamie/homelies-2013/homelie-careme-1/vue



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *