Site de Véronique Belen
Header

« Viens me secourir car je suis seule, et je n’ai que toi, Seigneur, toi qui connais tout. » Esther grec 4 C 25

13 mars 2014 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

esther

La reine Esther, dans l’angoisse mortelle qui l’étreignait, chercha refuge auprès du Seigneur :« Mon Seigneur, notre Roi, c’est toi le seul Dieu ; viens me secourir, car je suis seule, et je n’ai pas d’autre secours que toi, et je vais risquer ma vie.
Depuis ma naissance, j’ai entendu répéter, dans la tribu de mes pères, que tu as choisi Israël de préférence à toutes les nations, et nos pères de préférence à tous leurs ancêtres, pour en faire à jamais un peuple qui t’appartienne, et tu as fait pour eux tout ce que tu avais promis.
Souviens-toi, Seigneur ! Fais-toi connaître au moment de notre détresse ; donne-moi du courage, toi le roi des dieux, qui domines toute autorité.
Mets sur mes lèvres un langage harmonieux quand je serai en présence de ce lion, et change son cœur : qu’il se mette à détester celui qui nous combat, qu’il le détruise avec tous ses partisans.
Délivre-nous par ta main, viens me secourir car je suis seule, et je n’ai que toi, Seigneur, toi qui connais tout. »

Esther 14,1.3-5.12-14
©AELF

Le Livre d’Esther me touche toujours particulièrement. C’est un magnifique témoignage de foi d’une femme tout abandonnée au Seigneur. De Lui, elle attend tout, même dans la situation la plus improbable.
Comme très souvent, la liturgie du jour rejoint ma prière la plus profonde. Et j’ai été particulièrement touchée de lire ces lignes à la messe de ce matin en pensant à une amie qui est aujourd’hui dans une situation de grande détresse morale, broyée par le système juridique et des mauvaises intentions à son encontre, elle se raccroche désespérément à la foi. Les mots d’Esther résonnaient en mon coeur comme les siens propres. Je communie à sa détresse pour qu’elle garde la foi en Dieu qui peut tout, surtout dans les situations d’injustice extrême.
L’évangile du jour nous le rappelle encore fortement : « Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte. »

Seigneur, je ne cesserai de frapper à la porte de ton coeur pour la cause de cette amie qui est juste. Prends-la en pitié, fais pour elle ce que tu désires pour toi-même : rends-lui ses enfants !

Image :  Esther   Charles Filoni

Source image : http://www.modia.org/infos/etudes/pourim.php

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *