Site de Véronique Belen
Header

« Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé. » Jean 8, 42

9 avril 2014 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

Statue Christ Unterlinden

Jésus disait à ces Juifs qui maintenant croyaient en lui :
« Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »
Ils lui répliquèrent : « Nous sommes les descendants d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : ‘Vous deviendrez libres’ ? »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : tout homme qui commet le péché est esclave du péché. L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours. Donc, si c’est le Fils qui vous rend libres, vous serez vraiment libres. Je sais bien que vous êtes les descendants d’Abraham, et pourtant vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole n’a pas de prise sur vous. Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous, vous faites aussi ce que vous avez entendu chez votre père. »
Ils lui répliquèrent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous êtes les enfants d’Abraham, vous devriez agir comme Abraham. Et en fait vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Abraham n’a pas agi ainsi. Mais vous, vous agissez comme votre père. »
Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas des enfants illégitimes ! Nous n’avons qu’un seul Père, qui est Dieu. »
Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé. »

Jean 8, 31-42
©AELF

Cette dernière phrase de Jésus dans cet extrait de l’évangile de Jean révèle toute la vérité de sa communion profonde avec son Père, de qui il reçoit la Parole. C’est ce que les religieux de son temps ne peuvent supporter : l’idée qu’il ait une relation privilégiée avec le Père, et que sa Parole soit appelée à nous parvenir par son intermédiaire. Insupportable idée pour les pharisiens orgueilleux et jaloux spirituellement. Ce Jésus qu’ils méprisent ne peut venir de Dieu alors qu’eux se croient les plus légitimes à décortiquer sa Parole.
Jésus est bien conscient que c’est prendre un risque énorme que de le suivre, de croire en lui. Tout comme il est menacé de mort, ses disciples peuvent le devenir à leur tour.
Mais il nous promet un gain incomparable si nous croyons en lui : la vraie liberté des enfants de Dieu.
Quand on a la tranquille assurance d’être dans la Parole du Christ, ne pas craindre ceux qui prétendent la posséder mieux que nous. Quand cette parole nous envoie en mission évangélisatrice, ne pas douter qu’il sera là pour nous garder de toute fournaise (Daniel 3).

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *