Site de Véronique Belen
Header

Quelques mots jetés sur un papier

13 mars 2019 | Publié par Véronique Belen dans Blog

C’était un soir d’insomnie. En 2014. Je m’étais donné la peine d’écrire longuement, dans le menu détail, la quintessence de ma foi méditée au cours de quinze années d’oraison intense. J’avais confié tout cela à un homme d’Eglise respecté que mon propre curé m’avait conseillé comme accompagnateur spirituel. « C’est une perle », me disait-il. Et je parcourais plus de 100 kilomètres en voiture pour aller le voir.
Je lui avais remis les trois ou quatre feuillets en mains propres et j’attendais, anxieuse, sa réaction.
Ce fut celle-ci :

Bonsoir,

Comme vous me l’avez dit, il y a effectivement quelques erreurs théologiques dans les écrits que vous m’avez remis lors de notre dernière rencontre.

Pour apporter plus de clarté et de précisions, je vous invite à faire du catéchisme de l’Église catholique promulgué par S.Jean Paul II, un livre de chevet; chaque soir lisez une page;

et puis je vous invite également à faire connaissance, si ce n’est pas déjà le cas, de l’Évangile en 10 volumes de Maria Valtorta. C’est une mystique du XX° s qui a reçu le privilège de rapporter les faits d’évangile comme si elle était contemporaine de Jésus: un témoignage émouvant et le pape Pie XII disait de ces ouvrages  »qui lira comprendra.. »

en espérant que ces quelques ouvrages pourront vous apporter lumière et consolations en pleine communion avec l’Église.

 

J’étais atterrée et éberluée à la fois de cette réponse. Autant dire que « l’accompagnement spirituel » en resta là.

Dans la nuit, ne trouvant pas le sommeil, je me suis relevée, et j’ai jeté ces mots sur une feuille blanche, pour moi-même :

Le moule est trop étroit pour moi.
Le carcan trop serré.
Trop d’hommes.
Trop.
Une pensée d’hommes, une théologie d’hommes, un catéchisme d’hommes.
2000 ans d’histoire écrite par des hommes. Et approuvée par des femmes soumises pour leur plaire.
S’en référer toujours à des hommes.
Obéir toujours à des hommes.
Avoir toujours pour ultimes juges des hommes.

Qui me comprendra ?
Qui me lira sans s’offusquer ?

Exploser le cadre.

Rassembler. Unir. Faire comprendre.

Seigneur, tu es tellement plus grand que tout ça !
Tes voies sont tellement au-dessus de nos voies, de leurs voies…

Erreurs théologiques.

Ultime conclusion.

Oui, erreurs théologiques.

Mais de quel côté ?

Seigneur, prends pitié de cette âme qui se heurte à tant de murs !

31 octobre 2014

 

Eh bien, aujourd’hui, en mars 2019, je me sens bien moins seule. Le cadre a explosé, pour d’autres raisons, mais il a explosé. Qu’ils ne s’en prennent qu’à eux-mêmes…

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

1 commentaire

  • chère Véronique j’ai bien lu ton témoignage en tant que femme mère grand-mère . Oui dans l’Eglise l’homme est mis sur un pied d’estale et pourtant….ce n’est qu’un homme. Je te raconte une expérience en couple. Il y a 8 ans nous sommes à la Cathédrale St michel et Ste gudule. C’est l’évangile de fils prodigue et une femme fait l’homélie. Super – mon époux est en larmes….tellement l’amour du Père est sublime et si bien expliqué…c’est Myriam Tonus une laic théologienne…. moralité « les femmes sont super » et vivons plus avec elles parce qu’elles expriment la vraie vie – AMOUR TENDRESSE COMPASSION PATIENCE ET RESPECT
    AMITIes en Jésus SUZANNE



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *