Site de Véronique Belen
Header

Les liens invisibles

10 septembre 2014 | Publié par Véronique Belen dans Blog

P1000530

Comme peuvent en témoigner beaucoup de personnes qui ont écrit un récit autobiographique, il y a dans l’écriture une grande puissance libératrice, un élan vers une vie plus assumée, un pouvoir de guérison sur les blessures passées. Quand en plus ce récit peut rencontrer la vie d’autres personnes et les accompagner dans leur cheminement, le geste qui coûte toujours un peu de se livrer à un public porte des fruits.

Je rends grâce depuis deux et demi pour toutes les rencontres bien plus que virtuelles que j’ai pu vivre grâce à l’espace de partage qu’est ce site. Nombreux sont ceux qui préfèrent échanger avec moi dans la discrétion d’un mail, et cela me touche toujours profondément. On ne se donne pas à lire sans y laisser quelque chose de soi, c’est à mon sens une offrande d’âme à âme. Je suis émue des confidences que l’on a pu me faire, de cette confiance gratuite et tellement émouvante qu’on m’a témoignée. Dans la vie quotidienne, on peut se sentir parfois seul dans ses difficultés psychiques, seul dans sa foi, et quand par le biais d’un simple récit, un lien se crée, il peut devenir très précieux, déboucher sur une vraie amitié et de profonds partages. C’est vraiment une grâce que j’apprécie à chaque fois comme un cadeau de l’existence. Lien invisible entre deux personnes, deux histoires, deux âmes qui se rencontrent.

Il y a dix ans, avant que je n’aie internet, j’en redoutais beaucoup les effets pervers qu’on nous décrivait partout. Mais quand je pense maintenant à ces nombreuses personnes que je n’aurais jamais connues hors de cet espace, sur divers forums, des blogs et ici, à tant d’échanges riches et bienfaisants, je ne peux qu’être reconnaissante pour cette magnifique technologie qui a tant changé notre manière de nous documenter et d’échanger. Le tout est de s’en servir avec les meilleures intentions. De vouloir mettre de la foi et de l’espérance dans un monde qui en manque parfois tellement. D’accepter que se touchent deux mains tendues l’une vers l’autre.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *