Site de Véronique Belen
Header

Cimetières sous le soleil

23 juillet 2015 | Publié par Véronique Belen dans Blog

P1030227

C’est un lieu qui évoque habituellement la tristesse, le deuil, le souvenir, les chrysanthèmes dans la grisaille de l’automne déjà froid… Ici, le soleil éclatant qui renforce le bleu de la mer. La blancheur des pierres qui étincellent comme un chant de résurrection. On marche en silence dans des allées où les grands noms côtoient les anonymes. Un banc est posé là pour se recueillir devant la tombe de Paul Valéry. Plus loin, le cœur s’étreint : une petite fille sourit sur une photo, elle aurait l’âge d’aborder avec gourmandise sa vie adulte, mais son joli visage est resté figé dans ses deux ans. Emotion à lire le cri d’amour de ses parents. Le soleil implacable et les cruches bleues qui oscillent au vent léger ramènent une brise d’espérance. On quitte les lieux recueilli, à pas feutrés.
Nous cherchions la tombe de Georges Brassens mais non, il n’est pas ici, sur les hauteurs cossues de Sète. Un autre cimetière, plus vaste, plus près de la mer, plus horizontal, plus humble. Le chant strident des cigales dans les pins protecteurs nous accompagne dans un dédale d’allées. Ne cherchez pas un mausolée. C’est un petit caveau familial tout simple, fleuri par les passants, l’ami Georges sourit, sa pipe à la bouche, sur une plaque souvenir comme on peut en voir sur toute pierre tombale chargée de l’amour des plus proches… Juste au-dessus, un pin tranquille , et me revient ce refrain que j’aime tant :
« Auprès de mon arbre, je vivais heureux, j’aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre… »
Je le lui chantonne dans le jour qui baisse. Il fait encore chaud. Repose en paix, poète compagnon de toujours…

P1030234

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

1 commentaire



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *