Site de Véronique Belen
Header

Le Bénédicité

27 août 2015 | Publié par Véronique Belen dans Blog

P1030995

Le pape François a recommandé hier la prière du bénédicité en famille avant les repas.
« En cet instant, le cœur des enfants se transforme en un lieu de prière, c’est un don de l’Esprit Saint » souligne François. Et ce don, « c’est en famille que l’on apprend à le demander et à l’apprécier ». (Source News.VA 26 août 2015)
Mais à chaque fois qu’on évoque le bénédicité, j’ai le cœur qui se serre. Je n’ai jamais pu l’instaurer en famille, et pour cause.
Quand j’étais petite fille, à la maison, nous le disions sur la recommandation de mon oncle prêtre. C’était toujours le même :
« Que la main de Jésus-Christ nous bénisse, nous et la nourriture que nous allons prendre. »
Or, cela ne correspondait absolument pas à notre langage mêlé de dialecte. Nous le débitions sans le comprendre, et ça donnait :
« Queulamain de Jésus-Christ noubénissnou et la nourriture que nous allons prendre. »
Un jour, je ne saurais dire vraiment pourquoi, j’avais 5 ou 6 ans, j’ai refusé de continuer à réciter cette prière qui n’avait pas de sens pour moi – alors que j’étais une petite fille très pieuse.
Menaces répétées de mon père. Je restais murée dans mon silence.
Alors mon papa chéri que j’aimais tant mais qui se transformait parfois en dragon sous l’effet de la colère m’a empoignée, m’a emmenée au salon et m’a donné la plus cuisante des fessées-qui-faisaient-mal de ma vie. Un souvenir qui hurle encore dans ma mémoire.

Je n’ai jamais, jamais pu imposer le bénédicité à mes enfants. Maintenant c’est un peu tard. Et j’avoue que je les ai très mal incités à prier. La prière a toujours été pour moi quelque chose de si intime, de si personnel !
Comme quoi, on peut faire de très grandes erreurs en matière religieuse avec ses enfants. J’en ai retenu que la contrainte non comprise était à bannir absolument.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

2 commentaires

  • Mahina says:

    je comprends ta réaction de petite fille, réaction qui rejaillit en tant qu’adulte.
    A la maison, enfant, jamais de bénédicité, mais je me souviens de la croix faite sur le pain par mon père « fruit et du travail des hommes »… et si je ne répète pas ce getse, je l’ai souvent en mémoire, pour ce pain dont on ne fait plus guère attention…Quant à la prière, j’ai dû prier avec mes filles « Notre Père » et « Je vous salue Marie » quand elles étaient petites, peut-être reprendrais-je avec « petit homme »….

    • Véronique Belen says:

      Oh, tu es grand-mère ? Je me dis que je ferai peut-être aussi mieux les choses quand je le serai… un jour, j’espère ! 🙂



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *