Site de Véronique Belen
Header

Chronophage

9 août 2016 | Publié par Véronique Belen dans Blog

P1050885

Les courses faites, cet après-midi, j’ai pris ma bonne volonté à deux mains et je me suis décidée à commencer à préparer la rentrée scolaire. Première tâche : me pencher sérieusement sur ces nouveaux programmes de l’école élémentaire pour 2016, dont on nous a rebattu les oreilles toute l’année en conférence pédagogique. J’avais déjà compris que l’idée de base était belle et généreuse, mais que l’application de ces programmes était quasi impossible dans les configurations fréquentes des classes françaises : surchargées, ou multi-niveaux… Faire beaucoup d’oral, encourager l’enfant à verbaliser toutes ses procédures intellectuelles, travailler en interdisciplinarité, en lecture, attention : il est indispensable de travailler sur l’implicite et d’apprendre à effectuer des inférences !
Rien que ce jargon me fatigue déjà… A chaque nouvelle fournée de programmes, l’enseignant a ce sentiment diffus et pénible que tout ce qu’il a fait jusque là ne valait rien. Je me souviens, il y a plus de 30 ans, d’avoir été formée pendant trois ans sur des instructions officielles qui furent périmées à ma première rentrée d’institutrice. Je découvrais déjà une des joies du métier…

Donc, cet après-midi, j’ai parcouru des pages et des pages du « socle commun de connaissances » et des « documents d’accompagnement » sur internet – rien ne nous a été fourni, nous devons tout rechercher et imprimer nous-mêmes… – et quand j’ai commencé à regarder l’heure parce que mon cerveau fatiguait, il était 18h30… et ZUT !!! Je venais de louper ma petite messe du soir alors que je m’étais réjouie ce matin à l’idée d’y fêter sainte Thérèse Bénédicte de la Croix, chère à mon cœur…
Et voilà, le métier l’aura de nouveau emporté sur la pratique de ma foi, et ce n’est qu’un avant-goût de ce qui m’attend dans trois semaines.
Pardon Edith Stein de m’être laissé dévorer par la Pédagogie, alors que j’avais tellement envie d’aller te prier, toi qui fus aussi enseignante. J’espère que tu me comprendras !

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

2 commentaires



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *