Site de Véronique Belen
Header

Enfin les vacances….

4 juillet 2012 | Publié par Véronique Belen dans Blog

Voilà le jour tant attendu.

La tension peut retomber. J’ai quelques semaines devant moi pour sortir du rythme éprouvant du travail, des corrections et préparations de cours à la maison chaque jour, des réunions et rendez-vous avec les parents, de toutes les tâches ménagères qu’il faut « caser » entre tout ça, des week-ends surchargés de lessives et de repassage, du jardin qui mendie des soins sur lesquels je suis souvent obligée de faire l’impasse…

Prendre enfin le temps, ne plus avoir en permanence les yeux rivés sur la montre.

Jouir de la présence de mes enfants et de leurs amis en étant détendue. Me gorger avec eux de paysages grandioses pour quelques jours. Voir la famille qui habite loin. Recevoir une amie et partager des moments avec elle, mieux que par mail ou téléphone.

Et puis avoir du temps pour Celui que mon coeur aime. Ne pas être empêchée d’aller à l’Eucharistie quotidienne. Me réjouir en Lui des fêtes des saints qui comptent dans ma vie spirituelle : saint Benoît, Notre Dame du Mont Carmel, sainte Marie Madeleine, sainte Brigitte de Suède, sainte Marthe, le saint Curé d’Ars, sainte Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein), fêter la Transfiguration du Christ et l’Assomption de Marie… Que l’été est riche en fêtes des amis du Seigneur !

L’année dernière, déjà, j’ai vécu mon été comme une petite retraite spirituelle de tous les jours, et cette année je veux en faire de même. Me pencher sur ces livres empilés que je n’ai guère le temps de lire pendant l’année scolaire. Accorder de longs moments à l’oraison.

Merci pour les vacances, Seigneur mon Dieu !

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

2 commentaires

  • André BONDU says:

    Véronique; comme je te l’ ai sans doute déjà dit, j’ ai deux filles enseignantes, l’ aînée des deux s’ occupe, par vocation, des petits de CP et de CE2, depuis l’ école normale, soit depuis 35 ans, dans la même ville d’ Ivry sur Seine, la deuxième ( dix ans de moins), qui a son CAPES, est professeur de collège. A la fin de l’ année scolaire, elles étaient, toutes les deux, à bout de souffle, très fatiguées, avec, en plus, pour la deuxième, le souci permanent et terrible d’ enfants qui dorment en classe, qui ne suivent pas, qui sont ailleurs, etc..;, et dont il faut arriver à déceler les problèmes : celui qui a fini par lui avouer qu ‘il était- violé par son oncle, et l’ autre qui rentrait chaque soir chez lui, seulement après dix heures, parce que sa mère, infirmière, vivait avec une femme qui ne travaillait pas et qui restait toute la journée à la maison, complètement saoule. Et, lui, attendait 10 h. pour rentrer à la maison en même temps que sa maman, ou encore cette adolescente de 14 ans, que son copain ( lui aussi du collège et fréquentant sa classe de français) avait obligée à faire un strip-tease devant son portable et qui, sans l’ avoir prévenue, diffusait la vidéo devant tous les copains qui la regardait pendant la classe sur leur propre portable…
    Ceux qui disent, après cela, que les enseignants sont des feignants;, ne savent vraiment pas de quoi ils parlent…

    Je viens de passer trois semaines en baie de Somme avec cette deuxième fille et ma petite fille. Ce séjour a été merveilleux. Et elles peuvent repartir demain, de nouveau en vacances, avec leur mari et papa, dans les Pyrénées Orientales et l’ Aude, où elle verront leur frère et oncle, au Centre culturel de Lagrasse.

    Profites bien de tes vacances, Véronique, comme moi, je l’ ai fait, rapproche-toi du Seigneur encore plus près, prie, lis, détends-toi, admire les beautés de la nature, fais ce dont tu as envie….

    Je demande à notre Père du Ciel, à Jésus et à sa maman de rendre tes vacances les plus belles et les plus reposantes possible, pour recommencer ensuite une nouvelle année scolaire en pleine forme ….

    Je t’ embrasse;

    André.

    • Véronique says:

      Merci du fond du coeur, André !
      Les enseignants ont l’habitude de dire qu’il n’y a que ceux qui vivent avec eux, de près, qui comprennent l’investissement énorme que demande ce métier…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *