Site de Véronique Belen
Header

Et lorsque les esprits impurs le voyaient, ils se jetaient à ses pieds et criaient : « Toi, tu es le Fils de Dieu ! » Marc 3, 11

23 janvier 2020 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

En ce temps-là, Jésus se retira avec ses disciples près de la mer, et une grande multitude de gens, venus de la Galilée, le suivirent.
De Judée, de Jérusalem, d’Idumée, de Transjordanie, et de la région de Tyr et de Sidon vinrent aussi à lui une multitude de gens qui avaient entendu parler de ce qu’il faisait.
Il dit à ses disciples de tenir une barque à sa disposition pour que la foule ne l’écrase pas.
Car il avait fait beaucoup de guérisons, si bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher.
Et lorsque les esprits impurs le voyaient, ils se jetaient à ses pieds et criaient : « Toi, tu es le Fils de Dieu ! »
Mais il leur défendait vivement de le faire connaître.

Marc 3, 7-12
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

Dans cet extrait d’évangile, ce qui me frappe à chaque fois, c’est que les « esprits impurs » reconnaissent Jésus comme Fils de Dieu. Certes, le Mauvais hait tout ce qui est Dieu, tout ce qui vient de Dieu, et il a tôt fait d’identifier son ennemi juré. Ceux qui sont ici seulement tourmentés par lui se jettent aux pieds de Jésus de peur d’être tourmentés davantage encore. Et en effet, le Christ va les délivrer ; les anciens possédés changeront de « maître » et la plupart en seront reconnaissants au Seigneur.
Le souci de Jésus, ici, c’est de demeurer « anonyme », « incognito », pour pouvoir aller et venir librement, car ce qu’il désire avant toute chose, c’est d’annoncer paisiblement la Parole de son Père, sans être entravé en permanence par une foule avide de signes et de guérisons. Cela peut se comprendre aisément.

Ce qui me laisse plus perplexe, c’est la cohérence, si je puis m’exprimer ainsi, du Mauvais avec le Fils de Dieu : il l’identifie, il le craint, il le « dénonce ».
Si les choses se passaient ainsi de nos jours, comme tout serait simple !
Hélas, il n’en va pas ainsi. Le Mauvais, qui a plus d’un tour dans son sac, brouille infiniment plus les cartes à notre époque.
Certains le voient en priorité dans les œuvres ouvertement sataniques : messes noires, spiritisme, profanations de sépultures… Oui, l’Adversaire a sans doute un rôle à jouer dans ces pratiques. Mais il serait bien trop simple de ne le voir que là.

De nos jours, le Mauvais se plaît plus que jamais à se déguiser en ange de lumière. Il est là où d’aucuns l’attendent le moins : il a une vraie prédilection pour se cacher dans ce qui est censé être saint. Les catholiques vénèrent la Vierge Marie, et bien, se dit-il, déguisons-nous en Vierge Marie et nous infiltrerons l’Eglise par sa propre faiblesse : ce penchant dangereux pour l’idolâtrie. Déguisons-nous en douce Gospa bleutée, et nous pénétrerons bien plus sûrement les âmes qui se veulent pieuses qu’en notre gueuse apparence. Débitons chaque mois, et plus, des messages doucereux et faussement pieux, suscitons même des vocations sacerdotales, et le ver sera dans le fruit : dévots persuadés d’être dans la vérité mieux que n’importe quel chrétien, donneurs de leçons, diviseurs de l’Eglise dévoués à leur Gospa et désormais inaccessibles au vrai discernement des esprits. Allions-nous même, au besoin, aux plus conservateurs des catholiques: nous aurons ainsi une cour dévouée et toute disposée à semer la division dans l’Eglise et à affaiblir l’autorité du Pape en exercice.

Je divague ? Mais ne voyez-vous pas, chers lecteurs, que c’est précisément ce qui est en train de se jouer ? Après presque quarante ans d’atermoiements du Vatican sans dénoncer clairement l’imposture de Medjugorje et de toute son immense nébuleuse – faux mystiques, faux voyants, faux prophètes… – nous voilà tous dans le trouble, incapables de discerner désormais le fruit véreux à la base des fruits séduisants que l’arbre foncièrement mauvais a produits.

Et pour en revenir à cet extrait d’évangile du jour, je voudrais souligner à quel point la confusion règne dans de nombreux esprits à cause de cette œuvre majeure du Diviseur : ce sont ceux qui dénoncent la mystification de Medjugorje et de sa nébuleuse qui sont accusés par ses plus fervents défenseurs d’être du Diable. Personnellement, cela fait une quinzaine d’années que je me bats contre la crédulité et la propagande coupables des medjugorjistes et que je me prends de leur part abondance d’insultes méprisantes et d’accusations d’être un suppôt de Satan.

Alors oui, j’envie presque le Christ Jésus d’avoir été identifié pour ce qu’il était par les possédés.
Tout en sachant cependant que les farouches gardiens de sa propre religion le soupçonnaient quant à eux d’être de Béelzéboul (Marc 3, 22-30). Déjà.

Image : Guérison du possédé de Gadara    Enluminure

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

2 commentaires

  • FRANCOIS Daniel says:

    Bonjour
    Qu’est ce qui vous fait affirmer que les apparitions à Medjugorge sont impostures?
    Il y a pourtant de bons fruits et n’est-il pas dit : » un arbre bon ne peut donner que de bons fruits « ?

    • Véronique Belen says:

      Bonjour Daniel François,

      J’aurais bien du mal à vous répondre ici en un petit commentaire alors que je me bats depuis une quinzaine d ‘années sur le net contre les pseudo apparitions de Medjugorje. J’ai développé mes arguments en maints billets que vous pouvez retrouver dans l’onglet « Plan de site ».

      C’est aussi une question de discernement. Dans la prière, dans l’Esprit, dans la connaissance des Ecritures, absolument rien, à mon avis, ne plaide en faveur de Medjugorje. Il n’y a plus beaucoup de monde en Eglise catholique pour oser le dire, étant donné que depuis janvier 2014, le dossier de la commission Ruini sommeille au Vatican. Les « pro » livrent une guerre souterraine aux « anti », et il y a beaucoup, beaucoup d ‘argent en jeu ! Voilà ce que j’en pense. Mais lutter contre les faux messages et la fausse piété qu’ils induisent, c’est partie de ma mission de baptisée catholique, et je ne baisse pas les bras. ne serait-ce que par respect pour Marie qui ne mérite pas d’être singée par ce fantôme.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *