Site de Véronique Belen
Header

« Il décida de la répudier en secret » Matthieu 1, 19

8 septembre 2012 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques
Voici quelle fut l’origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret.
Il avait formé ce projet, lorsque l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela arriva pour que s’accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

Matthieu 1, 18 – 23

Aujourd’hui, nous fêtons le nativité de la Vierge Marie. Mais il n’y a aucun texte du canon des Ecritures pour nous en parler. Et pourtant, quelle littérature à ce sujet et que de manifestations de dévotion plus ou moins raisonnées !

Je préfère m’en tenir à l’Evangile proposé à la lecture d’aujourd’hui, et relever un point qui n’est jamais commenté.
Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret.
Comment Joseph a-t-il appris la grossesse divine de Marie ? A mon sens, une seule hypothèse tient : elle la lui a annoncée elle-même, en lui racontant ce qu’elle avait vécu dans le secret de cette nuit de l’Annonciation.
Et alors, que fait Joseph ? Il décida de la répudier en secret.
Joseph ne l’a pas crue ! Il veut la répudier, comme n’importe quel fiancé qui se sent lésé.
Il lui faudra un songe, une apparition d’un ange du Seigneur, pour se rendre compte qu’il a été aveuglé par son orgueil d’homme et pour accepter de prendre Marie chez lui.

Je vois deux enseignements à cet épisode :

– Quoiqu’en disent les envolées dithyrambiques sur Marie, elle n’avait rien, adolescente, qui pût la distinguer, extérieurement, des autres jeunes filles de son âge. Je pense bien plutôt que tout était caché en elle, que sa sainteté était ensevelie en sa parfaite humilité, et que c’est précisément par cette humilité qu’elle a fait la joie du Père.

– Joseph était un homme juste, oui, mais sa justice ne dépassait pas celle des meilleurs Juifs observants de son temps : quand sa fiancée lui annonce qu’elle est enceinte du Fils de Dieu, il ne la croit pas. Il lui faudra un signe, faute de quoi il va la répudier.

Jésus savait ce qu’il disait quand il s’irritait face aux foules :

Cette génération est une génération mauvaise : elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que celui de Jonas. Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ; il en sera de même avec le Fils de l’homme pour cette génération. Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. En effet, elle est venue de l’extrémité du monde pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas.

Luc 11, 29 – 32

Image : Vierge Marie   Giovanni Battista Salvi, Il Sassoferrato

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *