Site de Véronique Belen
Header

« Dieu ne regarde pas comme les hommes : les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur » 1 Samuel 16, 7

16 janvier 2018 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

Lorsqu’ils arrivèrent et que Samuel aperçut Éliab, il se dit :
« Sûrement, c’est lui le messie,
lui qui recevra l’onction du Seigneur ! »
Mais le Seigneur dit à Samuel :
« Ne considère pas son apparence ni sa haute taille,
car je l’ai écarté.
Dieu ne regarde pas comme les hommes :
les hommes regardent l’apparence,
mais le Seigneur regarde le cœur. »

1 Samuel 16, 6-7
Textes liturgiques©AELF

Je médite ce beau passage donné par la liturgie de l’Eglise depuis ce matin. Tout le monde connaît la citation du Petit Prince de Saint-Exupéry : « On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »
Il est bon de revenir encore et encore aux textes bibliques, pour se rendre compte que bien des maximes de notre quotidien y sont puisées. Qui regarde, mieux que tout homme, avec le cœur ? C’est bien notre Dieu ! Et il est important de s’en souvenir, à une époque où l’apparence prend tant de place dans l’esprit de nos contemporains. Soigner « son look », être « tendance », refuser de vieillir physiquement, avoir recours à la chirurgie esthétique… Frénésie contemporaine qui masque le fait que l’apparence n’a jamais suffi au bonheur de personne, quand au contraire la sagesse qui s’acquiert avec les années conduit à la sérénité et à la paix de cœur. C’est là le secret d’une vie réussie, tandis que l’apparence passe et, bien souvent, trompe autrui et peut aller jusqu’à nous tromper nous-mêmes.
Que voit Dieu en nous, que voit Dieu de nous, Lui qui nous connaît mieux que nous-mêmes ?
Comme dans le Livre de Samuel, où il choisit le plus petit des enfants de Jessé pour lui faire donner l’onction suprême, Dieu voit en nous ce qu’il y a d’humble, de discret, de caché. Notre cœur, voilà le livre ouvert devant les yeux aimants et perspicaces du Père. Voit-il seulement notre apparence ? Je n’en suis même pas sûre ! Mais quant aux détours de notre âme, rien ne lui en échappe. Et si c’était la raison pour laquelle les personnes retorses, menteuses, trompeuses, manipulatrices ne sont en général pas à l’aise avec l’idée même de Dieu ? Nous savons qui est le maître du mensonge. Celui-là se complaît dans les apparences trompeuses. Mais qui contemple autrui avec le même regard que Dieu n’est pas dupe longtemps des subterfuges de l’Adversaire.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *