Site de Véronique Belen
Header

Elle me manquerait presque…

6 juin 2015 | Publié par Véronique Belen dans Blog

Commentaires sur le site
Je ne sais plus quel post sur un forum catholique, il y a des années, m’avait déjà valu ses foudres… Depuis, elle ne me lâchait plus, lisant tout ce que je pouvais écrire ici ou là et m’envoyant régulièrement des réponses et des commentaires assassins. J’en avais un nœud à l’estomac quand je voyais son prénom apparaître dans un fil de commentaires. Ils sont ouverts ici à qui veut, mais j’avais dû, pour me préserver, finir par bloquer les siens. Ils atterrissaient dans les spams innombrables, du milieu desquels je prenais quand même la peine de les lire. Attaques larvées ou franches, je choisissais d’en rire parfois avec mes enfants, mais la blessure était là, sournoise, régulièrement renouvelée. Elle m’était devenue une sorte de censure virtuelle, et à chaque fois que j’écrivais, je tendais le dos dans la perspective de sa réaction. Cela l’amusait-il de jouer ainsi au chat et à la souris avec moi ? Espérait-elle que j’abandonnerais ce blog, dont depuis le début elle avait mis en doute la sincérité ?
Questions désormais sans réponse…

Depuis quatre mois, il n’y a plus trace de son passage sur le site. Peut-être n’est-elle pas chez elle, peut-être a-t-elle une longue panne d’ordinateur, peut-être s’est-elle lassée tout simplement de me harceler… J’imagine aussi d’autres causes, et j’en éprouve une certaine peine, qui sait ce que la vie lui a réservé ?

Ce billet comme ça, pour signifier simplement que mon apparente absence de réaction n’a jamais été de l’indifférence. Peu de gens sont parvenus à me blesser avec la virtuosité dont elle faisait preuve, et d’autant plus qu’elle se présentait comme une chrétienne irréprochable.

Alors, qu’elle réapparaisse comme un pantin sort de sa boîte, ou que je ne la croise plus jamais, je voulais exprimer que même dans le domaine « virtuel », nous restons profondément des humains…

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

2 commentaires

  • Quelques phrases du Veni Sancte Spiritu (le plus joli texte du jour de la Pentecôte) pour te consoler. Cette personne a sûrement aussi des blessures à guérir. Je t’embrasse bien amicalement. Laure

    Viens, Esprit-Saint,
    et envoie du haut du ciel
    un rayon de ta lumière.
    […]
    Dans le labeur, le repos,
    dans la fièvre, la fraîcheur,
    dans les pleurs, le réconfort.
    […]
    Lave ce qui est souillé,
    baigne ce qui est aride,
    guéris ce qui est blessé.
    […]
    A tous ceux qui ont la foi
    et qui en toi se confient
    […]
    donne la joie éternelle.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *