Site de Véronique Belen
Header

L’audace des mystiques

25 novembre 2017 | Publié par Véronique Belen dans Blog

Je suis en train d’écouter les magnifiques « Chansons de Jean de la Croix » mises en musique et interprétées par le carme Pierre Eliane, un album sorti en 1998 mais dont je ne me lasse décidément pas. J’ai acquis aussi récemment ses interprétations de poèmes de sainte Thérèse de Lisieux et d’Elisabeth de la Trinité. Une mine d’or de foi et d’audace mystique. Il faut écouter et méditer ces textes, vraiment, et se demander pourquoi le langage de l’Eglise de ces dernières décennies est devenu aussi puritain. Sainte Thérèse d’Avila, il y a 500 ans, osait plus de mots d’amour pour son Seigneur que tous les groupes de louange charismatique rassemblés aujourd’hui ! Je trouve que les mots qu’on a de nos jours, dans la louange pour le Christ Jésus, sont mièvres, dénués de poésie et par trop pudibonds. On en fait un Roi surpuissant, mais qui se risquerait encore au terme « d’amant » qu’osaient les mystiques sans en rougir ?

Voici que passe sur mon CD le « Cantique spirituel » de Jean de la Croix qui n’a rien à envier au Cantique des cantiques de la Bible. C’est clairement une histoire d’amour entre une âme – féminine – et son Seigneur et amant. Les mots en sont purs et magnifiques mais enflammés d’un amour qui n’a rien de coincé. Saint Jean de la Croix ne faisait rien d’autre que de retranscrire les confidences intimes de son amie spirituelle Thérèse de Jésus.

Ces chansons magnifiquement interprétées par Pierre Eliane m’ont profondément consolée il y a une vingtaine d’années, quand dans mon amour éperdu pour le Christ, mon entourage ne voyait que du désordre mental. A l’époque ecclésiale pudibonde de Jean-Paul II, il ne fallait aimer que le Christ en croix ou dans les bras de sa mère. Aimer l’homme Jésus, scandale et trouble psychique!

Aujourd’hui, j’assume profondément mon amour sponsal pour le Christ. Comment Il me le rend, cela n’appartient qu’à nous deux. Et plus personne ne mettra la main sur Lui pour le crucifier, ni sur moi pour m’interner.

en solitude elle vivait
elle nichait en solitude
et seul à seule son aimé
la guide en solitude
en solitude lui aussi
par l’amour est meurtri

ah jouissons l’un de l’autre ami
allons nous voir en ta beauté
sur la montagne d’où jaillit
l’eau dans sa pureté…

Extrait du Cantique spirituel interprété par Pierre Eliane

https://www.youtube.com/watch?v=X3CayPjmXco

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *