Site de Véronique Belen
Header

« Avance au large ! » Luc 5, 4

5 septembre 2013 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

Raphaël La pêche miraculeuse

Un jour, Jésus se trouvait sur le bord du lac de Génésareth ; la foule se pressait autour de lui pour écouter la parole de Dieu. Il vit deux barques amarrées au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques, qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’éloigner un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait la foule.
Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez les filets pour prendre du poisson. »
Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ton ordre, je vais jeter les filets. »
Ils le firent, et ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filets se déchiraient. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient.
À cette vue, Simon-Pierre tomba aux pieds de Jésus, en disant : « Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur. »
L’effroi, en effet, l’avait saisi, lui et ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient prise ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, ses compagnons.
Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

Luc 5, 1-11

« Avance au large ! », c’est la devise épiscopale de l’archevêque de mon diocèse, Mgr Jean-Pierre Grallet.
Hier, je me suis particulièrement réjouie de découvrir dans un article de La Croix qu’il était très favorable au désir exprimé par le pape François d’aller vers un dépouillement de l’Eglise.
« Une Eglise pauvre pour les pauvres », exprimait François dans les premiers jours de son pontificat.
Et je ne suis pas étonnée que notre archevêque, franciscain, relaie cette vision de l’Eglise.
Je pense à tous ces prêtres et évêques qui peinent depuis des décennies avec le sentiment de prendre si peu de poisson dans les filets de l’évangélisation. Un tel évangile doit les laisser pensifs depuis longtemps. Pourquoi cette indifférence des chrétiens et des non-croyants à la puissance de la parole du Christ ?
Une piste est peut-être effectivement dans le contre-témoignage donné au fil des siècles par une certaine Eglise trop compromise avec les pouvoirs et ne dédaignant pas les fastes.
Sans remettre en cause tout ce que le bienheureux Jean-Paul II a fait de bon pendant son pontificat, je dois dire que j’ai été extrêmement choquée au jubilé de l’an 2000 par sa chatoyante chasuble. Revenue vers l’Eglise dans ces années-là, je ne parvenais pas à adhérer aux démonstrations somptuaires et aux rassemblements de foules frôlant l’hystérie collective, avec tous ces panneaux « We love you ! » qui me semblaient tout à fait excessifs.
Quand je m’en ouvrais à des hommes d’Eglise, j’étais très mal considérée.
Eh bien, ouvrons-nous aujourd’hui à un autre langage de la part du pape François et de tous ceux qui lui doivent obéissance.

Et qui sait, une Eglise pauvre pour les pauvres remplira peut-être bien mieux ses filets en avançant au large…

Article d’hier dans La Croix : http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/A-Assise-le-pape-Francois-va-inciter-l-Eglise-au-depouillement-2013-09-04-1007205

Image : La pêche miraculeuse  Raphaël, XVIe siècle

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

7 commentaires

  • LASALO says:

    Nous avons toujours suivi ce nos parents nous ont enseignés et je suis contente d’appaarteh à une communauté vivante dans nos îles du pacifique. Nie à vous.mMarie Jo L.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *