Site de Véronique Belen
Header

« Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri. »

16 septembre 2013 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

eucharistieangelico

Après avoir achevé tout son discours devant le peuple, Jésus entra dans la ville de Capharnaüm.
Un centurion de l’armée romaine avait un esclave auquel il tenait beaucoup ; celui-ci était malade, sur le point de mourir. Le centurion avait entendu parler de Jésus ; alors il lui envoya quelques notables juifs pour le prier de venir sauver son esclave.
Arrivés près de Jésus, ceux-ci le suppliaient : « Il mérite que tu lui accordes cette guérison. Il aime notre nation : c’est lui qui nous a construit la synagogue. »
Jésus était en route avec eux, et déjà il n’était plus loin de la maison, quand le centurion lui fit dire par des amis : « Seigneur, ne prends pas cette peine, car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. Moi-même, je ne me suis pas senti le droit de venir te trouver. Mais dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri. Moi qui suis un subalterne, j’ai des soldats sous mes ordres ; à l’un, je dis : ‘Va’, et il va ; à l’autre : ‘Viens’, et il vient ; et à mon esclave : ‘Fais ceci’, et il le fait. »
Entendant cela, Jésus fut dans l’admiration. Il se tourna vers la foule qui le suivait : « Je vous le dis, même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! »

De retour à la maison, les envoyés trouvèrent l’esclave en bonne santé.

Luc 7, 1-10
©AELF

Cet évangile me ramène toujours au même souvenir.
Quand j’étais petite fille, j’allais à la messe tous les dimanches, et je n’étais pas indifférente à ce qui s’y passait. Au contraire, je me posais beaucoup de questions, et comme j’avais le bonheur d’avoir un curé de paroisse merveilleux dont nous étions très proches, je lui adressais mes interrogations quand j’en avais.
Je me souviens que le parole dite avant la communion « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri » m’intriguait beaucoup, je n’en comprenais pas la signification. Aussi avais-je posé la question à notre curé. Cela devait bien lui faire plaisir, quand j’y pense, qu’une petite fille décortique ainsi l’eucharistie ! Je lui avais dit : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Est-ce qu’on demande un miracle à Jésus ? »
Alors il m’avait raconté cet extrait d’évangile, et m’avait expliqué qu’on prononçait cette parole en souvenir de la foi de ce centurion.
Et depuis, je ne peux pas prononcer cette phrase à la messe sans penser à ce dialogue avec mon bon curé !

L’interrogation a mûri toute ma vie…
Et je crois que le Seigneur est très reconnaissant quand on cherche à comprendre le sens de l’eucharistie.
« Dis seulement une parole, et je serai guéri. »
Comme il est allé me chercher loin dans mon indignité, et comme sa parole m’a guérie !
Et aujourd’hui, il va même plus loin que la réponse du curé de mon enfance.
Oui, il a fait pour moi un miracle.

Le miracle de ma foi. Le miracle de son Esprit.

Image :  Institution de l’Eucharistie   Fra Angelico

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

15 commentaires

  • Sylvain says:

    Je crois savoir, par un ami latiniste, que ce texte, avant sa traduction, utilisait le mot latin, pour désigner « l’esclave bien aimé » qui désignait sous l’empire romain, le « favoris ». L’homosexualité n’avait rien de mal vue sous l’empire romain, il fallait juste être marié, avoir sa femme, éventuellement une progéniture, mais après, on pouvait avoir son amant, vivre avec, etc, souvent, c’était un esclave. Voilà pourquoi cet homme veux absolument sauver cet esclave malade, c’est l’homme qu’il aime, et voilà pourquoi il dit à Jésus « je ne suis pas digne de te recevoir », lui il sait ce que les juifs pensent de ça, mais il vient quand même, parce qu’il a la foi, et Jésus comprends tout de suite la situation et c’est pourquoi il sera particulièrement touché par la foi de cet homme, et que, non seulement il ne va pas le condamner, il n’ira pas jusque chez ce centurion pour ne pas l’humilier, mais il va guérir son serviteur. Après, on peu contester, mais voilà ce que cet ami m’avait rapporté, et j’ai plaisir a croire que c’est vrais. Ce serait d’ailleurs intéressant et beau car ce serait le seul et unique cas où Jésus se trouve confronté à l’homosexualité, et comme toujours, il ne condamne pas, il aime, tout simplement. Amen

    • Véronique Belen says:

      Bonjour Sylvain,

      Je n’ai jamais entendu pareille interprétation, et elle peut surprendre.

      Si, comme vous l’avancez, un « favori » était l’amant d’un homme marié sous l’Empire Romain, je ne vois pas comment Jésus aurait pu être complaisant vis-à-vis d’une situation tout de même bel et bien adultère.

      On a vite fait de faire dire aux Ecritures ce que l’on a envie d’entendre, attention donc aux raccourcis par trop faciles.

      Que l’on n’en fasse pas non plus sur ma réponse, par la même occasion, s’il vous plaît.

    • Je suis très séduite par cette interprétation, merci beaucoup de nous l’avoir faite partager !

  • BARON says:

    « Pourquoi cette phrase du centurion, aussi belle soit-elle pour faire mémoire ? Pourquoi celle-ci plus qu’une autre ? » REPONSE A GENEVIEVE – Vous savez dans la liturgie et a la messe il se dit des choses qui ne sont pas forcément choisies par nous mais peut être par l’esprit saint qui nous l’a inspiré en un temps ou en un autre – C’est a travers lui que passe même certaine de nos prières sortant de nos bouches – Ce qu’il faut c’est accepter humblement de n’être rien et alors tout sortira de nos lèvres et de nos coeurs, même si c’est la parole de Dieu lui même…peut être est ce cela la vraie prière, c’est celle qu’attend Dieu a son image, a sa parole – Peut être que la vraie prière ne peut être que les paroles de Dieu qu’il veut voir calqués sur nos bouches afin que lui et nous nous soyons en communion en lui , avec lui

  • BARON says:

    Personnellement hier hier décembre j’ai été a la messe du soir ou justement il était question de ce centurion Romain – Je dis bien centurion Romain et donc occupant, comment en est t’il a avoir une telle foie …??? – Toujours est t’il que parmi les rencontres que Jésus a put avoir cette rencontre me touche toujours très particulièrement et j’en éprouve de la joie a la réentendre a chaque fois – Nous ne savons plus rien ensuite de ce centurion et c’est dommage, mais tout comme le bon larron qui fut baptisé par l’eau qui a giclé du coeur de Jésus…donc considéré aussi comme le premier canonisé par Jésus lui même , il y a des personnages dans les évangiles qui nous laisse de grandes interrogations qui font partie justement des moments que Jésus veut que l’on médite tel aussi Simon de Sirène dont on ne sait que peu sur son après lorsqu’il fut pris alors qu’il revenait des champs pour aider notre Dieu a porter sa croix – Christian

    • BARON says:

      Excusez moi des fautes que j’ai put commettre dans mon premier texte car je n’ai pas put ensuite le modifier et de plus je me répète en disant  » hier , hier  » alors que je voulais en fait dire que hier ici était le 1er Décembre – Patricia je vous remercie pour vôtre témoignage qui ressemble a tout chrétien tel qu’il le ressent lors de ces paroles redite lors de chaque messe – Comme cela fait du bien de s’abaisser humblement en communion avec ce centurion – Sur cette terre qui est le royaume des ténèbres et donc de Satan souhaitons chaque jour que par le père le souffle de l’esprit saint projète toujours un peu plus de la lumière qu’est Jésus-Christ afin que nous y voyons plus clair dans nos esprits et dans nôtre coeur

      • Véronique Belen says:

        Amen !

        Bienvenue sur le site Baron et à bientôt pour de nouveaux échanges !:

        • BARON says:

          Merci beaucoup Véronique de vôtre bienvenue – Mais vous savez je préfère  » christian  » plutôt que BARON , pour la simple raison que j’ai été élevé dans une grande fratrie ou je n’ai été entouré que de frères , soeurs et parents paëns et hostiles a l’église et a Jésus et donc sans faire exprès mon père TRES PAENS m’a appeler a son insu  » christian « – hors il ignorait que cela voulait dire  » chrétien » ce dont j’en ressens aujourd’hui une petite fierté d’autant plus que si je suis le seul chrétien de ma famille- Ne dis t’on pas que si sur un arbre une seule branche est sanctifié , tout l’arbre l’est aussi – Ainsi je me sent un peu comme le représentant de tous ceux de ma famille qui même s’ils ne sont pas chrétiens me sont très chers – Bien a vous Véronique et a vous tous et toutes – Amen



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *