Site de Véronique Belen
Header

« Non, je vous le dis, mais plutôt la division. » Luc 12, 51

24 octobre 2013 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

Feu

Jésus disait à ses disciples :
« Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé !
Je dois recevoir un baptême, et comme il m’en coûte d’attendre qu’il soit accompli !
Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division.
Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »
Luc 12, 49-53
©AELF

Une page d’évangile qui met à mal la croyance courante que les chrétiens devraient être pour les autres des puits de concorde affables avec tout le monde et sans aucune aspérité de jugement. Au nom de la « charité chrétienne », on attend parfois de nous que nous soyons capables de nous compromettre avec toute situation, même la plus éloignée de la Volonté de Dieu.
Il n’en est pas ainsi. L’Evangile est exigeant. Il s’agit de se prononcer pour ou contre le Christ. Il s’agit de rechercher toujours sa Volonté dans les Ecritures, dans la prière, dans ce que nous inspire notre prochain animé lui aussi par l’Esprit Saint.
Et les choix que nous posons alors peuvent être très mal compris par notre entourage. On fuit les situations de médisance, et on passe pour asocial. On désapprouve une pratique sociale, et on passe pour un réactionnaire ou un « illuminé ». On évite les relations aliénantes, et on nous reproche de poser un contre-témoignage chrétien.
Il faut tenir bon.
Le Seigneur veille sur celui qui prend sa Parole comme phare de sa vie.
Et si Lui n’a pas été compris dans sa cohérence profonde avec la Volonté du Père, nous n’avons pas à ambitionner d’échapper à l’incompréhension du monde et aux divisions que nous aurons à endurer.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *