Site de Véronique Belen
Header

Méditations bibliques

P1010430

Frères,
nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus,
c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême.
Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort,
nous avons été mis au tombeau avec lui,
c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi,
comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père,
est ressuscité d’entre les morts.
Car, si nous avons été unis à lui
par une mort qui ressemble à la sienne,
nous le serons aussi
par une résurrection qui ressemblera à la sienne.
Nous le savons : l’homme ancien qui est en nous
a été fixé à la croix avec lui
pour que le corps du péché soit réduit à rien,
et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché.
Car celui qui est mort est affranchi du péché.
(suite…)

Lavement des pieds

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.
Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer,
Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu,
se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ;
puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture.
Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? »
Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras.»
Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. »
Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! »
Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. »
Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. »
Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit :
« Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ?
Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis.
Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.
C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous.

Jean 13,1-15

©Evangelizo.org 2001-2015

Il y a ce beau geste, au Jeudi Saint, des prêtres qui lavent les pieds de quelques personnes de l’assistance à l’office de la Sainte Cène, du pape François qui se rend chaque année dans une prison pour le faire… Ce sont des symboles beaux et forts de leur dévouement à l’annonce de l’Evangile toute l’année et de leur condition de serviteurs.
Cependant, j’aimerais évoquer aujourd’hui le mérite de tous ceux – et en grande majorité, de toutes celles – qui le font à longueur d’année.
Qui se met au service de la personne humaine parfois une vie durant sinon un très grand nombre de femmes ? (suite…)

Tout d’abord, on notera deux particularités de la Passion chez Marc : la solitude de Jésus et son silence.

La solitude de Jésus : dans la Passion selon Saint Marc, Jésus est particulièrement seul ; après le reniement de Pierre, Marc ne note plus plus aucune présence amicale à ses côtés ; les femmes sont citées, mais seulement après sa mort.

Quant à son silence, il est impressionnant : quelques mots seulement au procès, et ensuite, note Marc, « Jésus ne répondit plus rien ». Et Pilate lui-même s’en étonne.

« Pilate l’interrogeait de nouveau : Tu ne réponds rien ? Vois toutes les accusations qu’ils portent contre toi. Mais Jésus ne répondit plus rien, de sorte que Pilate était étonné. » (Mc 15, 4-5)

Puis, sur la croix une seule parole : « Eloï, Eloï, lama sabactani ? » Interprétés par un soldat romain, ces mots sonnent comme un cri de désespoir ; mais un Juif ne s’y serait pas trompé : ce sont les premiers d’un chant de victoire ; puisque, nous l’avons vu en étudiant le psaume 21/22, celui-ci n’est aucunement un cri de désespoir, ni même de doute !

Devant cette solitude et ce silence de Jésus, on se demande forcément « quel est son secret ? ». Il passe en peu de temps de la popularité à la déchéance, de l’entrée royale dans la ville à l’exclusion et l’exécution hors de la ville, de la reconnaissance comme envoyé de Dieu (« Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient ») à la condamnation pour blasphème et à l’exécution au nom de la Loi, ce qui signifiait aux yeux de tous qu’il était maudit de Dieu. Reconnu comme le Messie, c’est-à-dire le roi d’Israël, le libérateur, le sauveur par ses disciples et toute une foule enthousiaste, il est liquidé rapidement après un procès monté de toutes pièces.

Il s’est laissé faire dans le triomphe, il se laisse faire plus encore dans la persécution. Ce faisant, il garde encore le secret qu’il a gardé toute sa vie ; c’est seulement après sa Résurrection que ses disciples pourront enfin comprendre.

Il semble bien que cette sobriété du récit de Marc vise à faire ressortir deux aspects du mystère de Jésus : Messie-Roi et Messie-Prêtre. (suite…)

Jésus menacé de lapidation

En ce temps-là,
Jésus disait aux Juifs :
« Amen, amen, je vous le dis :
si quelqu’un garde ma parole,
jamais il ne verra la mort. »
Les Juifs lui dirent :
« Maintenant nous savons bien que tu as un démon.
Abraham est mort, les prophètes aussi,
et toi, tu dis :
“Si quelqu’un garde ma parole,
il ne connaîtra jamais la mort.”
Es-tu donc plus grand que notre père Abraham ?
Il est mort, et les prophètes aussi sont morts.
Pour qui te prends-tu ? »

Jésus répondit :
« Si je me glorifie moi-même,
ma gloire n’est rien ;
c’est mon Père qui me glorifie,
lui dont vous dites : “Il est notre Dieu”,
alors que vous ne le connaissez pas.
Moi, je le connais
et, si je dis que je ne le connais pas,
je serai comme vous, un menteur.
Mais je le connais,
et sa parole, je la garde.
Abraham votre père a exulté,
sachant qu’il verrait mon Jour.
Il l’a vu, et il s’est réjoui. »
Les Juifs lui dirent alors :
« Toi qui n’as pas encore cinquante ans,
tu as vu Abraham ! »

Jésus leur répondit :
« Amen, amen, je vous le dis :
avant qu’Abraham fût,
moi, JE SUIS. »
Alors ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter.
Mais Jésus, en se cachant,
sortit du Temple.

Jean 8, 51-59

Textes liturgiques©AELF

Cette question posée à Jésus « Pour qui te prends-tu ? », c’est la tentation même. Pour ceux qui la posent, tentation de ne pas croire en sa parole. Pour Jésus, tentation de douter de sa filiation divine.
Tout ce dialogue vise à lui dénier sa légitimité à annoncer la vie éternelle qui passera par lui. N’oublions jamais la tendre humanité de Jésus, son humilité naturelle, et l’épreuve qu’ont dû représenter pour lui les attaques répétées des gardiens de la religion dans laquelle il avait grandi. Très rarement, Jésus cherche à affirmer sa filiation divine en public. Quand il est poussé dans ce genre de dialogue à le faire, cela déclenche un réflexe de lapidation, verbale ou réelle. Il y échappera jusqu’à l’heure de sa Passion, inéluctable.

Et nous, où en sommes-nous de cette question : « Pour qui te prends-tu ? » Pour qui prenons-nous Jésus ? Pour un Dieu omniscient n’ayant jamais eu à subir la tentation de douter de sa double nature, ou pour un illuminé, voire un orgueilleux, qui usurpait une place de Fils ?
Où en sommes-nous de cette question quand on nous oppose une parole dérangeante, débordant les cadres étriqués des lois religieuses ? N’avons-nous pas vite fait de brandir la pierre « hérésie » vers celui qui la prononce ?

Image : Christ menacé de lapidation    Vincent de Beauvais, Miroir Historial

Source image : http://www.goodreads.com/book/show/23893963-miroir-historial-speculum-historiale-vol-ii-livres-vii-xi

2 Chroniques 36, 14-16.19-23
Psaume 136
Ephésiens 2, 4-10
Jean 3, 14-21

Aujourd’hui, saint Jean nous invite à « regarder » la croix. Il nous faut oser contempler le Crucifié et l’adorer. Ce regard vers le Christ Sauveur est un regard de foi, un regard de confiance et d’amour. En nous tournant vers le Christ, nous accueillons la guérison et la vie.

La croix est le fruit du mal et de la haine de ceux qui ont rejeté Jésus. Mais Jésus a préféré livrer sa vie plutôt que de détruire ceux qui le rejetaient. Ainsi, en renonçant à faire violence et en choisissant de livrer sa vie, l’esprit de bonté et de compassion qui habite Jésus, est devenu le chemin par où Dieu nous transmet sa miséricorde. Sur la croix, Jésus est l’image la plus parfaite de Dieu et de son amour. Ce Dieu-Père de Jésus, qui se révèle sur la croix, est le Dieu qui n’est qu’amour. C’est un Dieu fragile, vulnérable et désarmé. C’est un Dieu qui ne peut s’imposer, car on ne peut imposer ou « acheter » l’amour. C’est au contraire un Dieu qui s’est exposé au refus de l’être humain. Un Dieu qui attend éternellement notre consentement sans jamais se lasser. Un Dieu veut nous sauver de notre propre destruction qui est de ne pas aimer.

Le serpent cloué sur le bois est signe de la victoire de Dieu sur le mal, signe de son amour qui n’a de cesse de vouloir guérir et sauver tout être humain. La mort de Jésus est un don d’amour, et c’est pourquoi elle est source de pardon. Seul celui qui aime peut recevoir la force de pardonner. Le cœur de Jésus n’a jamais connu le mal et il s’est gardé dans l’amour jusqu’à la mort : c’est pourquoi sa mort peut devenir un don de vie pour les autres. (suite…)