Site de Véronique Belen
Header

La bougie de neuvaine

1 février 2014 | Publié par Véronique Belen dans Blog

Bougie de neuvaine

La bougie de neuvaine s’est éteinte. Elle a brûlé nuit et jour depuis mon petit pèlerinage dans un sanctuaire cher à mon coeur. Neuf jours à éclairer nos crépuscules et nos matins de sa petite flamme vacillante qui me tenait chaud à l’âme. Neuf jours à m’appeler à la prière à chaque passage devant sa timide lumière. Un sourire complice vers l’image de sainte Odile qu’elle illumine, et je lui réitère ma demande, ardente demande qui peuple mes prières depuis trois ans. Large demande, qui dépasse de partout ma petite personne, qui irradie sur l’Eglise tout entière. Un regard à sainte Odile, et je sais qu’elle sait. Elle qui ouvre les yeux ouvrira aussi les esprits à ce qui doit être, car je crois, intimement, que je serai exaucée. Je sais que le jour n’est plus loin où je pourrai déposer le fardeau de cette demande sans cesse réitérée, dans la nuit comme dans l’espérance renouvelée. Je sais que les puissances de la mort ne prévaudront pas contre l’Eglise du Christ, puisqu’il nous l’a promis. Un petit mot doux à sainte Odile, et ma demande. Et la joie de la sentir souriante dans son intercession.

La bougie de neuvaine s’est éteinte ce matin. Je ne suis pas encore exaucée, mais je crois dans mon coeur que j’ai déjà obtenu ce que je demande.

Et puis soudain, un tourbillon de grâces.

Hier soir, je suis allée le coeur gros à l’eucharistie. Un mail laconique du frère hôtelier de l’abbaye que j’aime entre toutes : je ne pourrai pas être accueillie pour la retraite de carême que je désirais tant, depuis l’été déjà. Le choeur des moines s’évanouit dans mon esprit. Je ne verrai pas mon bon père spirituel dans quatre semaines.

Et puis encore quelqu’un, un prêtre, un tout nouvel ami, que je devais rencontrer pour la première fois ce week-end, et qui n’a pas confirmé. Je tente un ultime message : peut-être n’a-t-il pas reçu le précédent ? Peut-être est-il malade ?

Hier soir, l’eucharistie le coeur gros, en plus ce n’était pas notre curé, je n’ai pas trouvé de goût à la très courte homélie.

La bougie de neuvaine s’est éteinte ce matin.
Et moi j’allume mon ordinateur.
Et là, un message de mon ami prêtre, le sourire espiègle dans les mots, comme à l’accoutumée. Ah, mais bien sûr qu’on peut se voir, il n’avait pas relevé la date ! Il a du temps dimanche, je suis la bienvenue !

Je remercie aussi le frère hôtelier pour son message, et je lui glisse quelques autres dates auxquelles je suis disponible pour une éventuelle retraite. Peut-être aura-t-il le temps de me répondre dans quelques semaines ?

Oraison du matin.

Puis je reviens à mon ordinateur.
Et là, un mail du frère hôtelier : il y a de la place juste après Pâques. Est-ce que je peux apporter mes draps ?

Allégresse. Je verrai l’abbaye fleurie couleur printemps.

La bougie de neuvaine s’est éteinte ce matin.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

8 commentaires

  • Chris says:

    Bonjour,

    j’ai commencé une neuvaine mardi matin, elle à du s’éteindre dans la nuit du vendredi à samedi c’est à dire le cinquième jour, car j’ai été réveillé vers 3H environ du matin et j’ai subitement fait un signe de croix alors que je ne le fait JAMAIS ! Qu’est ce que cela veut dire ?
    En vous remerciant,
    Cdt
    Chris.

    • Véronique Belen says:

      Je ne sais que vous répondre Chris, comme je l’ai déjà dit dans des commentaires plus anciens, je ne suis pas spécialiste de l’interprétation des flammes de neuvaines, et je pense que personne ne l’est ! Mais votre signe de croix est peut-être un début vers un chemin de conversion, c’est tout le sens du carême que nous achevons demain, une entrée dans la Semaine sainte que je vous souhaite riche spirituellement !

      Votre bougie qui s’éteint cette nuit me fait penser à ce gendarme qui vient de mourir pour avoir donné sa vie en rançon pour des otages à Trèbes. Une flamme qui s’éteint, une vie donnée qui s’éteint… C’est en tout cas le moment d’entrer dans une démarche de prière, comme vous l’avez fait avec votre signe de croix !

      Belle route vers Pâques à vous !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *