Site de Véronique Belen
Header

« Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce » 1 P 5,5

25 avril 2012 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

Frères,
comme on met un vêtement de travail, revêtez l’humilité dans vos rapports les uns avec les autres. En effet Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce.  Tenez-vous donc humblement sous la main puissante de Dieu, pour qu’il vous élève quand le jugement viendra. Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, puisqu’il s’occupe de vous. Soyez sobres, soyez vigilants : votre adversaire, le démon, comme un lion qui rugit, va et vient, à la recherche de sa proie. Résistez-lui avec la force de la foi, car vous savez que tous vos frères, de par le monde, sont en butte aux mêmes souffrances. Dieu, qui donne toute grâce, lui qui vous a appelés dans le Christ à sa gloire éternelle, vous rétablira, après que vous aurez souffert un peu de temps ; il vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. À lui la puissance pour tous les siècles. Amen.

Je vous écris ces quelques mots par Silvain, que je considère comme un frère digne de confiance, pour vous encourager, et pour attester que c’est vraiment la grâce de Dieu qui est avec vous ; restez-y fidèles.
La communauté qui est à Babylone, élue de Dieu comme vous, vous salue, ainsi que Marc, mon fils. Exprimez votre amour mutuel en échangeant le baiser de paix. Paix à vous tous, qui êtes dans le Christ.

Première lettre de saint Pierre Apôtre ( 5, 5b – 14)

Saint Pierre ne parlait pas de l’humilité comme d’une notion abstraite. Dans son long compagnonnage avec Jésus, il avait été plusieurs fois rabroué par lui quand il refusait que son  Seigneur fasse lui-même preuve d’humilité. Ainsi, on a ce dialogue marquant entre Pierre et Jésus en Marc 8, 31 – 33

Et il commença de leur enseigner : « Le Fils de l’homme doit beaucoup souffrir, être rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, être tué et, après trois jours, ressusciter » ; et c’est ouvertement qu’il disait ces choses. Pierre, le tirant à lui, se mit à le morigéner. Mais lui, se retournant et voyant ses disciples, admonesta Pierre et dit : « Passe derrière moi, Satan ! Car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes ! »

Pierre se fait traiter de Satan par Jésus ! Gageons que son orgueil en a pris un coup…

De même au soir de la dernière Cène et du lavement des pieds ( Jean 13, 5- 9)

Puis il met de l’eau dans un bassin et il commença à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint. Il vient donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « Seigneur, toi, me laver les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que je fais, tu ne le sais pas à présent ; par la suite tu comprendras. » Pierre lui dit : « Non, tu ne me laveras pas les pieds,  jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’as pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! »

Et pourtant, quelques heures plus tard, Pierre, le roc,  va renier Jésus, son Seigneur et Maître. Le renier trois fois. Au chant du coq, il comprend que Jésus a prophétisé avec justesse sur lui. Son coeur se brise, et son orgueil avec lui. Pierre a fait le douloureux apprentissage de l’humilité, lui qui pensait sa foi si forte qu’il ne trahirait jamais Jésus.

Jésus peut maintenant avoir entière confiance en lui et lui prodiguer sa grâce. Il lui apparaît ressuscité et va avoir avec lui ce dialogue qui rétablit tout (Jean 21, 15 – 19)

Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre : «Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci ?» Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais.» Jésus lui dit : «Sois le berger de mes agneaux.» Il lui dit une deuxième fois : «Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ?» Il lui répond : «Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais.» Jésus lui dit : «Sois le pasteur de mes brebis.» Il lui dit, pour la troisième fois : «Simon, fils de Jean, est-ce que tu m’aimes ?» Pierre fut peiné parce que, pour la troisième fois, il lui demandait : «Est-ce que tu m’aimes ?» et il répondit : «Seigneur, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime.» Jésus lui dit :

«Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller.» Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Puis il lui dit encore : «Suis-moi.»

 

Seigneur Jésus, tu as broyé mon orgueil dans les couloirs d’un hôpital psychiatrique.

Fais de moi ce que Tu voudras.

 

Image : Le reniement de Pierre  XVIIe siècle, Musée du Vatican

 

 

 

 

 

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

3 commentaires

  • Debbie says:

    Correction : évidemment, l’Ancien Testament est très hétérogène.
    Ce que je lisais, c’était surtout l’histoire, les récits. Le parcours des patriarches, Moïse, les grands hommes et femmes. Trop jeune pour le Lévitique, quand même…

    • André BONDU says:

      Moi, j’ aime le nom Etienne parce que Saint Etienne était dans mon adolescence le saint que j’ aimais le mieux ( je l’aime toujours d’ailleurs) et parce que le nom Etienne me plait énormement, il est chantant, harmobieux, agréable à prononcer, il va à tous les âges : Bonjour, Etienne, Bonsoir, Etienne, Etienne, ne fais pas ci, Etienne ne fais pas çà..
      Comme j’ aimais cet adolescent si pur, qui ( chez moi) portait l’ Eucharistie sur son coeur, pour aller le donner aux malades, et qui meurt sous les pierres qui lui étaient jetées par des hommes abominables…et qui leur pardonne comme Jésus en croix.
      J’aime l’ église Saint Etienne-du-Mont, j’ aime la ville se Saint Etienne…

      Quant aux prophètes, ce sont ceux qui disent ce que vous voulez entendre, ce sont vos gourous;

      Mais comme les vrais prophètes ont toujours dit des choses désagréables,qu’ on ne veut poas entendre, alors on les a tués et on les tue encore…

      Véronique, pourquoi on ne vous voit pas encore sur le nouveau forum
      Moi, j’ y suis et je m’y sens très à l’aise…
      Les anciens y viennent petit à petit, mais en traînant la patte;

      Allez, un petit effort, venez. Vous verrez….

      Bien à vous.

      André.

  • Debbie says:

    Enfant protestante, j’avais une Bible pour enfants, avec de belles illustrations.
    L’Ancien et le Nouveau Testament, bien sûr.
    Si je m’agenouillais le soir pour prier Jésus, comme on me disait de le faire, d’ailleurs, ça ne m’empêchait pas de sentir de bien plus grandes affinités avec… l’Ancien Testament qu’avec le Nouveau.
    Tes extraits me font sentir pourquoi.
    Même dans le passage ci-dessus, je sens que tout le récit est savamment orchestré pour dire, et faire penser un certain nombre de choses. C’est… un enseignement.
    Je n’ai jamais senti ça avec l’Ancien Testament. On ne tire pas (trop…) d’enseignements de l’Ancien Testament.
    Sa fonction… n’est pas d’enseigner, et s’il enseigne, ce n’est pas son BUT.
    Dans le lavage des pieds, il y a un élément très important, me semble-t-il, qu’il ne faut pas oublier : laver les pieds était un service rendu par… LES ESCLAVES dans l’antiquité, et les Juifs avaient des esclaves comme les autres.
    Donc, on peut imaginer l’horreur de Pierre en voyant son MAITRE se comporter comme.. un ESCLAVE.
    Jésus avait des idées très très complexes sur la liberté, qui était une valeur absolue pour la culture grecque ET juive…
    Sinon, pourquoi aurait-il consenti à se comporter en esclave pour exiger SERVICE à ses disciples ?
    La réponse de Pierre est ambiguë…
    En proposant dans un élan d’ENTHOUSIASME qu’on lui lave TOUT, il parvient à annuler subtilement le propos de Jésus, car ce qui est important, c’est le lavage DES PIEDS.
    De mon point de vue à moi…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *