Site de Véronique Belen
Header

Magnificat

31 mai 2012 | Publié par Véronique Belen dans Méditations bibliques

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte :
« Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors :

« Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »

Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.

Luc 1, 39 – 56

J’aime cet Evangile entre tous. D’une part parce qu’il est dans Luc, qui est mon Evangile préféré. D’autre part parce qu’on y assiste à une merveilleuse rencontre entre deux femmes portant la vie, et que cet échange entre elles au sujet de leurs enfants suscite en Marie cette splendide prière qu’est le Magnificat, et en Elisabeth une bouleversante profession de foi. Ces deux femmes, humbles entre les humbles, ont compris la grâce inouïe qui leur est faite de porter en leur sein l’une le précurseur, Jean-Baptiste, l’autre le Messie, Jésus.

On me soupçonne parfois de ne pas avoir une vraie dévotion envers Marie. D’ailleurs c’est un peu amusant, il m’est déjà arrivé deux fois, après m’être confessée, que l’on me donne pour « pénitence » de dire le Magnificat. Joie ! C’est une de mes prières préférées ! Un jour, comme j’avais des kilomètres à faire en voiture après ma confession, j’ai écouté et chanté le Magnificat de l’abbaye de Tamié une bonne quinzaine de fois. La joie que j’éprouve toujours après un sacrement de réconciliation se mêlait à ma joie pour cette prière. Elle me parle bien davantage que le « Je vous salue Marie », qui nous vient cependant aussi de cet Evangile. Je ne sais pas si c’est être mauvaise catholique que de ne pas réussir à prier le chapelet. Je n’y suis jamais parvenue sans me déconcentrer, alors que je peux faire oraison pendant une heure sans difficulté.

Mais le Magnificat porte en lui des vérités spirituelles de la plus haute importance.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.

Dès qu’un dictateur tombe, pleine de reconnaissance envers Dieu, je récite ces versets.

Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.

Le monde a beau fonctionner à l’envers de ce passage, c’est bien là le projet de Dieu. Les yeux de Dieu sont bien davantage tournés vers la corne de l’Afrique que vers les traders. A nous de nous ajuster à la Volonté de Dieu, et de corriger le mieux possible les scandales du monde. « Donnez-leur vous-même à manger », disait Jésus à ses disciples au jour de la multiplication des pains (Matthieu 14, 16)

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais.

Ce verset-là, je lui laisse une place toute particulière dans mon coeur. Quand j’ai retrouvé la foi, plus je m’approchais du Christ, plus je m’intéressais à ses racines juives. J’ai eu la chance d’avoir un curé de paroisse très féru de judaïsme, qui y faisait des références fréquentes dans ses homélies, nous enseignait à ce niveau-là pendant des soirées bibliques. C’était passionnant. J’ai lu aussi ce que je trouvais sur le sujet. Le judaïsme ne m’a jamais éloignée de ma foi catholique, bien au contraire : elle prenait pleinement sens dans ses racines profondes. Et ce n’est pas pour rien que j’ai une grande vénération pour Edith Stein et que j’aimais particulièrement le cardinal Jean-Marie Lustiger. En eux, ils réalisaient la synthèse parfaite de la révélation comprise dans sa logique véritablement divine.

Je suis sûre en mon coeur que Dieu n’a pas dit « son dernier mot » au Peuple élu depuis les origines.

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais.

La faveur faite à Abraham ne passera jamais. Dieu a encore une consolation à apporter au Peuple élu après l’horreur de la Shoah. J’en suis intimement convaincue. J’ai passé la moitié de ma vie à me dépouiller des poncifs qu’on m’avait inculqués sur le judaïsme. Pour finir par m’ouvrir à la merveille de la judéité du Christ et de Marie.

Alors on pourra toujours me reprocher de grincer des dents quand une certaine  vénération pour Marie frôle l’idolâtrie. Quand on en fait une créature surnaturelle qui n’a plus rien à voir avec son identité de fille d’Israël.

J’assume ma différence, et je prie Marie, je pense, telle qu’elle est. Avec son merveilleux Magnificat.

 

Image : Visitation    Mariotto Albertinelli

Le Magnificat de l’abbaye de Tamié :

https://www.youtube.com/watch?v=GyYB3JqLbdQ

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez répondre, ou faire un trackback.

4 commentaires

  • André BONDU says:

    Quoi ajouter à ce qui a été dit, il a six mois ?
    sinon que cette rencontre me parait toujours plus extraordinaire !

    Que ces deux femmes sont belles, sont grandes !
    que Dieu est grand, qui réalise en elles, et par elles,
    son dessein si époustouflant d’ envoyer son Fils dans le monde
    se faire homme parmi les hommes, pour les sauver

    Que cette scène est belle !.
    Ces deux femmes sont là, enceintes :
    l’ une de Jean Baptiste, qui sera le plus grand des Prophètes, celui va annoncer la venue du Messie
    et qui va préparer cette venue,
    l’ autre, Marie Immaculée, pleine de Grâces,
    qui porte en elle, le MESSIE !

    Ces deux femmes qui portent en elles
    et vont donner vie aux deux plus grands hommes
    de toute l’ histoire humaine :
    le sauveur de l’ humanité, Dieu fait homme
    et celui qui va préparer sa venue, le plus grand des Prophètes !

    Et le « Magnificat » parait encore plus beau !

  • André BONDU says:

    (Incident technique,ou fausse manoeuvre)..

    sans le réaliser vraiment, le Salut de l’ humanité, l’ immense projet que Dieu commence
    à mettre en oeuvre aujourd’hui :
    Elisabeth, qui, dans trois mois, donnera naissance à Jean, que Jésus qualifiera de plus grand des Prophètes,
    dont la tâche, en apparence humble, sera d’ annoncer la venue de Jésus
    son cousin selon la chair,
    le Fils de Dieu fait homme venu pour sauver l’humanité.
    Marie, qui, remplie de joie, vient d’ une part, annoncer à sa cousine, la grande nouvelle, dont elle ne réalise certainement pas elle-même, la formidable ampleur, et, d’autre part, pour aider sa cousine,
    déjà vieille et fatiguée, dans les trois derniers mois de sa grossesse .
    Et Elisabeth,; qui, en recevant Marie,sent son enfant tressaillir dans son ventre
    et est remplie du Saint Esprit et, pousse un grand cri et dit :
     » Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni.
    Comment m’est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi?
    Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille,
    l’enfant a tressailli d’allégresse dans mon sein.
    Heureuse celle qui a cru, parce que les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur
    auront leur accomplissement. ».
    Et Marie, qui, à son tour, crie à tout Israël¨et n au monde entier, le Magnificat,
    que tu commentes si bien.
    Que se sont dit Marie et Elisabeth pendant ces trois mois ensemble,
    avec un Zacharie toujours muet ?
    Mystère de leur complicité de femmes, choisies par le Seigneur pour une mission inouïe !

    J’ai appris à aimer le « Je vous salue, Marie » depuis la mort de ma femme,
    certainement avec son aide, car elle, récitait son chapelet avec une telle ferveur. !
    Je ne pouvais pas entrer dans cette prière répétitive,
    si simple, mais tellement monotone et propice au vagabondage
    au fil des grains du chapelet…
    Le début des paroles de l’ange, et le début de celles d’ Elisabeth., toutes les deux adressées à Marie;
    Puis notre oropre prière à Marie.dont j’ ai toujours aimé, en revanche, le « maintenant » et « à l’ heure de notre mort » :
    le moment présent et celui de notre mort, où nous avons et aurons tellement besoin que Marie soit près de nous.
    Mais soyons sans inquiétude : elle est là, elle sera là,
    comme elle l’ a toujours é »é pour ma femme.
    Aucun besoin d’ idolâtrer Marie,
    aucun besoin d’ une déesse !
    C’ est une maman qu’il nous faut,
    la maman de Jésus, qu’il nous a donnée pour maman, à nous aussi, pour nous conduire à Lui.

    Merci encore, Véronique, pour toutes tes méditations, si riches, que tu nous confies.
    Bien à toi.
    André.

  • André BONDU says:

    Véronique, quelle belle méditation sur la Visitation et sur le Magnificat !
    Je n’ ai rien à y ajouter. Tu exprimes tellement bien ce que je ressens…
    D’ abord cette rencontre, remplie de complicité, entre ces deux femmes,
    si humbles, qui portent, pourtant, en elles, sa

  • GHERARDI Muriel says:

    « Alors on pourra toujours me reprocher de grincer des dents quand une certaine vénération pour Marie frôle l’idolâtrie. Quand on en fait une créature surnaturelle qui n’a plus rien à voir avec son identité de fille d’Israël. »

    Je suis entièrement d’accord.

    J’apprécie toujours vos commentaires, leur intelligence, leur coeur, leur esprit.

    A bientôt.

    Muriel



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *