Site de Véronique Belen
Header

Poèmes

Tu te révèles

19 octobre 2016 | Publié par Véronique Belen dans Poèmes - Aucun commentaire

p1020227

Tu te révèles
Toi la lumière de mes ombres
Comme dans le bain d’une photo argentique
Reflet brillant d’un négatif énigmatique

Tu te révèles
Dans ces reproches acrimonieux
Qui pleuvent sur une prose nostalgique
Tu réajustes mes fidélités

Tu te révèles
Dans les mots donnés à une autre
Dans un ton, un style, une confidence
Dans un écho de ta clémence

Tu te révèles
Dans le dénigrement de mes combats
Dans cette arène où je me bats
Tu me fais signe, et je te vois

Tu te révèles
Dans les mots qui voulaient blesser
Dans la contestation de mes pensées
Tu compatis du haut de ta croix

Tu te révèles
Et je te reconnais
Dans la transparence de tes traits
Dans l’évidence de ta résurrection
Dans les matins de justification

Voix trahie
Voie de vérité
Tu te révèles
Et je le sais

Véronique Belen          Octobre 2016

Repose ta tête, Bien-Aimé

28 septembre 2016 | Publié par Véronique Belen dans Poèmes - 1 commentaire

Oratoire Tamié

Repose ta tête contre mon cœur, Bien-Aimé
Je ne te demanderai pas qui tu es
Je ne te demanderai pas si tu Es
Je ne te poserai pas de questions qui fatiguent
Je n’entrerai pas en contestation avec Toi

Repose ta tête contre ma foi, Bien-Aimé
Je ne douterai pas de ton humanité
Je ne douterai pas de ta divinité
Je ne te chercherai aucun géniteur
Je ne déplierai pas le linceul laissé là

Repose ta tête dans mes mains, Bien-Aimé
Je porterai avec respect le Saint Sacrement à mes lèvres
Je te consacrerai mon labeur quotidien
Je verrai ton visage diaphane en mon prochain
Je ne renierai pas la croix de tes douleurs

Repose ta tête en mon âme, Bien-Aimé
Je t’y ferai un nid de prière et de joie
Un terrier d’amour et de foi
Je cueillerai la grappe mûre au milieu des sarments
Nous la partagerons, ivres de nos serments

Véronique Belen          Septembre 2016

 

Image : Christ de l’oratoire de l’hôtellerie à Tamié

Gethsémani

20 août 2016 | Publié par Véronique Belen dans Poèmes - Aucun commentaire

Jésus à Gethsemani

Partager Ta solitude
Un court moment à Gethsémani
Prendre avec Toi la route de la foi
De la confiance qui ne s’ébranle pas

Attendre dans le silence un signe qui dise oui
Quelques mots d’empathie
Qui mettent un terme à la requête
De presque toute une vie

Guetter dans le sommeil des plus proches amis
La main qui se tendra
Les mots qui justifient
Le vol d’un ange qui aurait tout compris

Souffrir dans l’ombre un moment
Sous l’olivier de Gethsémani
Pleurer des larmes d’encre
Auprès de Ton cœur qui gémit

Etreindre le silence
L’attente de la fin de la nuit
Savoir que veille le Père
Quoi que nous fasse le monde
Près de Toi, à Gethsémani

Véronique Belen                 Août 2016

Source image : http://yann.lelay.free.fr/L’oratoire.htm

Vis quand même !

6 juillet 2016 | Publié par Véronique Belen dans Poèmes - Aucun commentaire

P1080329

On t’a arraché tes amours
La chair de ta chair et l’auteur de ses jours
Tu es dévastée, accablée, le rire ne coule plus
Vis quand même !

Continuer n’a plus de sens
Tu te débats dans la souffrance
Chaque matin se lève sur le glaive de tes souvenirs
Vis quand même !

L’objet de ta fierté est sous la terre
Le silence habite ses murs
Son visage te hante et fuit tes baisers tendres
Vis quand même !

Le ciel te semble vide au-dessus de ta détresse
Tu ne sais pas les mots pour quêter son aide
La mort est une absurde fin, tu l’espères délivrance
Vis quand même !

On te couvre de conseils maladroits
De mots qui te blessent, de regards atterrés
Et tu te noies encore dans la culpabilité
Vis quand même !

Tu m’as tendu une main hésitante
Tu m’as ouvert un cœur ravagé
J’ai rencontré ton âme délicate
Et je me suis prise à l’aimer
Vis quand même !

Pour ceux qui restent, pour ceux qui t’aiment
Pour la vie qui n’est pas finie
Pour le jour qui se lève après la nuit
Vis quand même, je t’en supplie !

Véronique Belen        Juillet 2016

Trois printemps

16 avril 2016 | Publié par Véronique Belen dans Poèmes - Aucun commentaire

P1040520

Deux hivers et un automne
Pour me donner trois printemps
Quand la nature s’endormait
Ils ont aspiré la vie à pleins poumons

Je ne suis pas encore revenue de mon émerveillement
Malgré tant de fatigue et de cris
Et de rires aussi
Malgré les années labeur
Et les grincements de dents
Entre leurs quatorze et seize ans

Les voici devant moi, leurs ailes déployées
Un funambule du web
Artiste à succès
Une elfe blonde
Qui soignera corps et esprits blessés
Une gracieuse tornade
Qui dansera le bonheur d’exister

Les voici en avant de moi
Dans la splendeur de leur jeunesse
La force de leurs engagements
La profondeur de leurs tendresses
Dans une cohorte d’amitiés
Dans les liens forts qu’ils ont tissés

Les voici propulsés devant moi
Et je bénis le Ciel de nous les avoir donnés
Trois projets, trois désirs, trois espérances
Sous mes yeux de maman comblée

Véronique Belen         Avril 2016