Site de Véronique Belen
Header

Blog

J’ai, sur les réseaux sociaux, des amis d’horizons et d’opinions très variés. C’est ce qui fait la richesse des échanges. J’y lis beaucoup ce qui s’y exprime, m’arrête souvent sur des articles proposés au partage. J’ai cette chance d’avoir pu y entrer en contact notamment avec beaucoup de personnes qui écrivent au sujet de leur foi ou de celle des autres. Et comme c’est un sujet plutôt tabou dans notre pays de laïcité et dans mon entourage propre, cela me va très bien. Lire sur la foi, partager sur la foi, c’est ce qui me tient le plus à cœur. Je suis toujours vraie dans ces échanges, parfois un brin provocatrice vis-à-vis de ceux qui croient dur comme fer à la supériorité de la doctrine catholique romaine et qui ne se réfèrent qu’au Magistère ou débitent à longueur de commentaires le catéchisme romain.

Mais j’ai remarqué qu’il existe une sorte de croyants qui ne supportent pas la contradiction. Quand vous les contestez, ils commencent par vous dire qu’ils vont prier pour vous, ils vous souhaitent la paix du cœur, progressent en insinuant que vous n’en jouissez pas, vous, de cette paix, puis, très vite, vous identifient au mal. Puisque vous ne pensez pas comme eux qui visent la sainteté et se croient purs parmi les purs, vous êtes pour eux le Contradicteur, donc un envoyé de Satan. Après cette ultime conclusion, faisant mine d’être heureux d’avoir été persécutés pour leur foi, ils vous virent de leurs contacts, alors que l’invitation était venue par eux. Enfin la paix ! Leur fameuse paix du cœur, débarrassés qu’ils sont de vos objections. La voie est libre pour leurs flatteurs, car eux sont bien en vue dans la communauté des apparitionnaires : leur vertu cardinale, c’est de croire en la « Gospa » de Medjugorje, de la vénérer, elle et ses « voyants », et puis pensez donc : les plus mystiques d’entre eux se répandent en poèmes qui plaisent à un petit public choisi, même parmi des sommités ecclésiales. Tout cela est très bien huilé : de la « Gospa », on dévie sur la Très Sainte Vierge Marie – certains l’appellent la TSVM, parce que ses titres sont un peu longs à écrire – et on force le trait de toutes les doctrines romaines mariales existantes. Et cela plaît à l’Eglise ! Car rien n’est plus rassurant pour elle que de se voir confirmée dans ses doctrines les plus discutables sur la Madone et dans ses pratiques les plus proches de l’idolâtrie. Essayez l’argument de l’impossible rapprochement œcuménique avec les enfants de la Réforme : vous serez considéré comme un affreux protestant par définition hérétique, car, c’est bien connu, la réconciliation entre les chrétiens ne pourra venir que par la « TSVM » !

C’est un billet d’humeur, car j’avais quelque espoir de susciter en cette « poète mystique » – c’est elle-même qui se définit ainsi – un peu d’esprit critique sur sa secte medjugorjiste. Peine perdue. Elle m’a supprimée hier de ses contacts. Je serai moins en rogne devant ses posts dévots à majuscules tous les trois mots. Quant à elle, elle aura perdu une occasion de remettre ses certitudes erronées en question.

 

Image : L’apparition de la Vierge du Pilar      Francisco de Goya y Lucientes      XVIIIe
Musée des Arts catalans de Barcelone


Je rebondis sur un échange que je viens de lire sur les réseaux sociaux. Une internaute se plaignait du « silence de Dieu » face au mal, qu’elle ne comprend pas et attribue, faute de mieux, à Son désir de laisser l’homme libre. L’hypothèse n’est pas fausse, c’est même l’histoire de l’humanité depuis ses débuts. Oui, la créature humaine est libre de répondre au mal par le mal, ou par le bien. La créature est libre, au-delà de tant de propositions humaines de gestion de sa vie, d’aller quêter, ou non, la Volonté de Dieu.

Mais quand on se plaint du « silence de Dieu », il faudrait préciser sa pensée. De quel silence parle-t-on ? Qu’attend-on de Dieu ? Qu’une voix de tonnerre s’élève dans le ciel et écrase les méchants, qu’une arme céleste détruise les terroristes, que la main même de Dieu descende d’un nuage et empêche les séismes et les tsunamis, que Dieu manipule les véhicules comme des petites voitures en leur évitant les accidents ?

Je pose des questions simplistes sur une préoccupation qui ne l’est pas, je le sais bien, mais j’ai volontairement forcé le trait.

Or Dieu, nous avons les moyens de le connaître, et donc de savoir quel est son mode d’expression habituel. Il a donné des Prophètes dont les paroles sont toutes consignées dans le Premier Testament. Qu’on les lise ! Elles ne sont pas périmées, loin de là.
Puis il a envoyé le Verbe : Jésus le Christ. Et dans les Evangiles, nous avons en perfection, de ce Fils, l’agir, la Parole et l’Etre. Rien – absolument rien – n’y est périmé. Voulons-nous savoir comment il convient d’agir dans le bonheur comme dans l’adversité, dans l’opulence comme dans la pauvreté, dans la santé comme dans la maladie : approchons-nous des quatre Evangiles et méditons-les, mettons-les en application dans tous les pans de notre vie !

On pourra encore me rétorquer que la Parole de Jésus n’est plus très explicite pour les générations présentes : paraboles agricoles, inscription dans une époque révolue depuis 2000 ans… Cet argument est recevable. (suite…)

Bonne fête Abba !

16 juin 2019 | Publié par Véronique Belen dans Blog - Aucun commentaire

L’occasion est trop belle, et ne se présente pas si souvent. J’ai envoyé une jolie carte pour la fête des pères à mon papa, et du fond de mon cœur surgit aussi ce cri : « Bonne fête Abba !  » car c’est aussi la fête de mon Père dans la Sainte Trinité !

« Bonne fête Abba ! » aurait dit Jésus s’il était un enfant du XXIe siècle.
Je reprends cette formule, car « Voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. » 1 Jean 3, 1
Oui, par la grâce du jour de notre baptême, Dieu nous fait ses enfants à la suite innombrable de son Fils premier-né.
« Bonne fête Abba ! »
Je ne crains pas de le dire sans déférence excessive, car mon unique modèle pour L’aimer, L’adorer, c’est Jésus lui-même, son propre Fils. Je me suis mise depuis très longtemps à l’école du Christ, et comme sa parole est vérité, j’ai pu vérifier à l’intime de ma vie cette promesse :
« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. » Jean 14, 23
Et ce fut ainsi. De toujours, j’ai aimé le Christ Jésus, même dans le doute abyssal, même dans la rébellion contre l’Eglise. J’ai aimé le Christ Jésus, sa Parole et gardé ses commandements. Fermement, comme mue par une indéfectible fidélité à un frère ou à un amour de toujours. Son Evangile m’a tenue aux entrailles, même quand je déviais de la doctrine et des recommandations catholiques. Toujours, d’abord sa Parole et ses commandements. D’abord son adorable Personne. (suite…)

Demain, il va pleuvoir des homélies pour dire aux fidèles catholiques que le mystère de la Sainte Trinité est justement un mystère que nous ne comprendrons jamais. Et les prédicateurs de se délecter une fois de plus de l’anecdote de saint Augustin pour nous en convaincre. Au cas où mes lecteurs ne la connaîtraient pas, je la rappelle ici :

Sur la plage d’Hippone, Augustin réfléchissait un jour au mystère de la Trinité. Il repéra un enfant -était-ce un ange ?- qui, avec une coquille, s’appliquait à verser l’eau de la mer dans un trou creusé dans le sable. « O PVER QV/ ID HIC AG/IS, [ô enfant, que fais-tu ?] ET PUER RESPONDENS – TOTAM RIPAR/IAM IN FONTEM AP/PONERE PROPOSUI [Et l’enfant répondit : J’ai décidé de mettre toute l’eau de la mer dans ce trou] »

L’évêque lui fit remarquer, en souriant, la vanité de ses efforts. L’ange lui répliqua qu’il était tout aussi déraisonnable de sa part de chercher l’explication du mystère de la Sainte Trinité. On ne peut pas en effet enfermer le mystère infini dans une formule, obligatoirement réductrice.[Fin de citation]

Source : https://albi.catholique.fr/liturgie-art-et-culture/mystere-de-jesus/mystere-de-sainte-trinite-saint-augustin/

Dois-je rappeler que cette anecdote se passe vers l’an 400 ?
Mille six cents ans se sont déroulés depuis, et n’avons-nous pas le droit, au XXIe siècle, d’espérer comprendre quelque chose de ce mystère de la Sainte Trinité ? J’ajouterai même que ce n’est pas parce les Pères de l’Eglise n’ont fait que l’appréhender et que nos prédicateurs – tous des hommes – n’osent plus depuis se risquer à en saisir le sens profond qu’il est interdit à quiconque de comprendre la Trinité !

Le Christ nous l’a promis, l’Esprit saint, le Paraclet, nous conduira vers la vérité tout entière (Jean 16, 12-15). Croyons-nous vraiment à cette parole ? Je lis encore bien trop souvent que nous ne comprendrons le mystère de la Trinité qu’au moment de notre mort ! Est-ce, de la part des clercs et des catholiques cléricaux, un refus de seulement imaginer que cette vérité puisse être révélée à une âme simple, non ordonnée, qui ne soit pas la leur ?

Eh bien, je persévère : le Seigneur a versé dans mon âme bien des lumières sur qui Il est, Père, Fils et Saint Esprit. Et je redis ici que la grande méprise des chrétiens, c’est de mettre le Saint Esprit au masculin, comme le Père et le Fils. En considérant la troisième Personne de la Trinité comme masculine – elle aussi ! – effectivement, les églises n’en comprendront jamais le sens profond.

Je n’en dirai pas plus aujourd’hui, j’ai déjà tout écrit je crois à ce sujet, mais on est souvent trop timoré, méfiant voire méprisant pour m’interroger. Et pourtant je suis là, à portée de compréhension, prête à éclairer qui le veut bien.

Belle fête de la Sainte Trinité à tous !

https://www.histoiredunefoi.fr/prieres/6877-priere-a-sainte-trinite

https://www.histoiredunefoi.fr/meditations-bibliques/10146-adam-et-eve-une-allegorie-prophetique

« Marie mère de l’Eglise ». C’est aujourd’hui. Encore un titre. Encore une prérogative qui place Marie, le mère de Jésus, au-dessus, très loin au-dessus de toutes les autres femmes. On en oublierait presque que Marie est dite « bénie entre toutes les femmes », au milieu d’elles, avec elles, et pas à des années-lumières de ce que nous autres femmes sommes, toutes apparentées génétiquement, et chacune unique spirituellement.

L’inflation de dévotion mariale qui ne fait que s’aggraver avec les années dans l’Eglise catholique romaine me désole. Elle est un véritable alibi à la misogynie sous-jacente de nombre de clercs. En exaltant une Sainte Vierge Immaculée, Reine de l’univers, Reine des Anges et reine encore de ceci et de cela, on ne fait que fermer de plus en plus la porte à une parole féminine qui sourdrait directement de l’Esprit Saint. Car enfin, regardons les choses avec des yeux objectifs et un jugement raisonnable : quelle est désormais la différence entre cette Marie Reine de tout et la Reine du ciel, déesse païenne évoquée en Jérémie 7, 18 et qui provoque la jalousie de Dieu ? (suite…)