Site de Véronique Belen
Header

Prières

jpg_Benozzo-Gozzoli.-Saint Augustin

Tard je t’ai aimée,
ô beauté si ancienne et si neuve,
tard je t’ai aimée !

Et voici que tu étais au-dedans,
et moi au-dehors !
Et c’est là que je te cherchais !
Et moi, hideux,
je me ruais sur l’harmonie de ces choses
que tu as faites.
Tu étais avec moi
et je n’étais pas avec toi :
elles me retenaient loin de toi,
ces choses qui pourtant n’existeraient pas
si elles n’étaient pas en toi !

Tu as appelé, tu as crié, tu as ouvert mes oreilles,
tu as brillé, tu as resplendi, tu as ouvert mes yeux,
tu as embaumé, j’ai respiré et j’aspire à toi,
j’ai goûté et j’ai eu faim, j’ai eu soif.
Tu m’as touché et je me suis enflammé
pour ta paix.

D’après Confessions X, 27, 38

© Editions du Signe 2002

Image : Saint Augustin lisant l’épître de saint Paul, détail, Benozzo Gozzoli (XVe), fresques de l’abside de la Chapelle de Saint Agustin, San Gimignano, Italie

elisabeth_de_la_trinite

O mon Dieu, Trinité que j’adore,
aidez-moi à m’oublier entièrement
pour m’établir en vous, immobile et paisible
comme si déjà mon âme était dans l’éternité!
Que rien ne puisse troubler ma paix ni me faire sortir de Vous,
ô mon Immuable, mais que chaque minute m’emporte
plus loin dans la profondeur de votre Mystère.
Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel,
votre demeure aimée et le lieu de votre repos;
que je ne vous y laisse jamais seul,
mais que je sois là tout entière,
tout éveillée en ma foi, tout adorante,
toute livrée à votre action créatrice.

O mon Christ aimé crucifié par amour,
je voudrais être une épouse pour votre coeur;
je voudrais vous couvrir de gloire,
je voudrais vous aimer…jusqu’à en mourir!
Mais je sens mon impuissance et
je Vous demande de me revêtir de Vous-même,
d’identifier mon âme à tous les mouvements de votre Âme;
de me submerger, de m’envahir, de Vous substituer à moi,
afin que ma vie ne soit qu’un rayonnement de votre Vie.
Venez en moi comme Adorateur,
comme Réparateur et comme Sauveur. (suite…)

210708_st_therese_avila

Nada te turbe

Nada te turbe,
Nada te espante,
Todo se pasa,
Dios no se muda,
La paciencia
Todo lo alcanza
Quien a Dios tiene
Nada le falta :
Sólo Dios basta

Que rien ne te trouble
Que rien ne t’effraie
Tout passe,
Dieu ne change pas,
La patience
Obtient tout ;
Celui qui a Dieu
ne manque de rien
Dieu seul suffit

Thérèse de Jésus

Nada te turbe chanté à Taizé : une pure merveille…

http://www.youtube.com/watch?v=go1-BoDD7CI

frere_louis_joseph_lebret_large

Dieu envoie-nous des fous
qui s’engagent à fond, qui aiment autrement qu’en parole,
qui se donnent pour de vrai et jusqu’au bout.
Il nous faut des fous, des déraisonnables, des passionnés,
capables de sauter dans l’insécurité :
l’inconnu toujours plus béant que la pauvreté.
Il nous faut des fous du présent,
épris de vie simple, aimant la paix,
purs de compromission, décidés à ne jamais trahir,
méprisant leur propre vie,
capables d’accepter n’importe quelle tâche,
de partir n’importe où, à la fois libres et obéissants,
spontanés et tenaces, doux et forts.
Ô Dieu, envoie-nous des fous.

Frère Louis-Joseph Lebret (1897 – 1966)

Source image : http://www.dominicains.fr/menu/nav_institut/Qui-sommes-nous/Memoire-des-freres/Frere-Louis-Joseph-Lebret

irhtbernard2

De Guerric d’Igny ( XIe-XIIe siècle) :

Seigneur Jésus,
vrai Jardinier,
fais en nous ce que Tu exiges,
car sans Toi nous ne pouvons rien faire.
Tu es le vrai jardinier,
le cultivateur,
le créateur,
le gardien de ton jardin.
Tu plantes par ta Parole,
Tu arroses par ton Esprit
et ta force donne l’accroissement…
Bienheureux ceux qui habitent
dans tes jardins,
Seigneur,
ils Te loueront dans les siècles des siècles.

De Isaac de l’Etoile (XIIe siècle) :

Mon Seigneur
Quand on T’écoute, Tu écoutes.
Quand on T’exauce, Tu exauces.
Parle donc :
Seigneur, ton serviteur écoute,
et réponds à sa parole :
que naviguant l’un et l’autre,
ni l’un ni l’autre ne s’endorme !

Dans « Cent prières de cisterciens », textes réunis et présentés par Jean-François Fyot
©Albin Michel

Source image : http://www.arccis.org/associationarccis/index.html