Site de Véronique Belen
Header

Blog

Deux fleurs

24 juillet 2017 | Publié par Véronique Belen dans Blog - Aucun commentaire

Elles sont vêtues de blanc et assez stressées. Vaguement oppressées, et un peu en retard. La demande arrive dans la précipitation : « Il nous faudrait deux fleurs pour deux copains qui n’en ont pas. »
On fait vite le tour du jardin, mais c’est un peu la misère en ce moment question fleurs à couper. Tout ce qui est beau n’a qu’une courte tige. Je suis toute désolée de ne pouvoir répondre à leur demande.
« Passez vite chez la fleuriste !
– On n’a pas le temps. »
Alors que la voiture démarre, je leur fais signe par la fenêtre. Là, sur l’anthurium du salon, je vois deux jolies fleurs rose pâle à tiges suffisamment longues. Vite, je les coupe et je les leur donne.

Elles s’en vont. Je sais que leur cœur est lourd, très lourd et qu’elles vont vivre un des moments les plus pénibles de leur jeunesse.

Tous seront vêtus de blanc, une fleur ou une bougie à la main, à l’hommage funèbre de leur jeune amie qui s’est donné la mort sans qu’aucun ne puisse en comprendre les raisons…

 

Source image : http://jehan.sauval.free.fr/WEBFLO42.HTM

Très sollicitée !

22 juillet 2017 | Publié par Véronique Belen dans Blog - 3 commentaires

Ça m’amuse.
Ce matin, on sonne à ma porte. Deux messieurs très bien habillés, très polis, des revues sur les bras… Oui, vous avez compris, vous avez l’habitude aussi. L’un me dit : « Vous vous souvenez de moi ? » (moi intérieurement : « Euh… ») « Si si, je suis déjà passé vous voir, et vous m’avez dit que vous lisiez la Bible tous les jours ! »
Ah oui, je suis bien capable d’avoir dit ça. Ma parole, ils prennent des notes ou quoi ?
La discussion se poursuit aimablement, bien que j’aie peu de temps, je suis sur le point d’aller faire les courses. Un de ces instants improbables où on vous incite, sur le pas de la porte, à parler de votre perception de la Bible, de la vie, de la mort, d’Adam et Eve et du Royaume à venir. Je reste souriante mais je leur réaffirme que je suis chrétienne / catholique, que je ne cherche pas à les convertir et que j’en attends autant d’eux. En tout cas je semble bien vue, car aujourd’hui j’ai droit à un cadeau : en plus du traditionnel « Réveillez-vous ! » et de la « Tour de Garde », un petit livre « Que nous enseigne la Bible ? » A ma fille qui me demande ce que c’est vraiment, les Témoins de Jéhovah, j’en lis quelques extraits et elle se fait sa petite idée… Les dessins mièvres confirment son ressenti.
Revenue des courses, je trouve dans ma boîte aux lettres un « Prions en Eglise » gratuit.
Ma parole !
Le Seigneur ne me laisse pas tomber, c’est sûr. On se bat autour de moi pour capter ma foi, mais elle est déjà donnée à Celui que mon cœur aime et que je retrouverai demain à l’Eucharistie, dans la fidélité à mon baptême !

Je n’irai pas, cet été, vers des horizons nouveaux. Occasion toute trouvée de réaménager notre espace intérieur.
Les petites fourmis se sont mises au travail. D’abord, trier et classer. Et jeter !
Une chambre devenue inutile, aux meubles encombrants, sera vidée pour redevenir le bureau qu’elle était aux origines. Rafraîchir la déco à mon goût. Avoir enfin un espace dédié au travail personnel dans cette maison – car cela représente des heures et des heures de labeur quand on est enseignant – et ne plus voir, depuis mon lit, un enchevêtrement de classeurs et de manuels pédagogiques qui troublent mon repos.
Dédier ma chambre à la sérénité, à la prière, à la lecture et au sommeil. J’ai commencé à le faire, et quel soulagement !
Ma fille est prise aussi de cette frénésie de réaménagement, et voici sa chambre dans une toute nouvelle disposition.
Et dans quelques jours, son frère se joint à nous pour le plus gros des travaux et des transferts de meubles et de cartons. Je me réjouis déjà de passer un peu plus de temps avec lui. Il y aura du stress au démontage du mobilier, c’est sûr, mais aussi la satisfaction de faire du neuf avec ce qui est déjà là, épars et peu fonctionnel. Et sans doute encore des découvertes amusantes dans les recoins mal rangés, comme ses notes de brevet des collèges émergées hier d’une étagère, lui qui l’a passé il y a plus de dix ans ! Je sens que nous allons bien rire des collections de Pokémon et autres figurines de Star Wars au fond de ses tiroirs abandonnés…

Tri

11 juillet 2017 | Publié par Véronique Belen dans Blog - Aucun commentaire

C’est l’activité rituelle du début des vacances d’été. Vider son sac de cours et ses classeurs de préparation pour garder ce qui est réutilisable, le classer, l’archiver.
Cette année, j’en fais un peu plus que d’habitude, parce que je veux changer mon bureau de pièce dans la maison. Je réduis les rayonnages et je m’étonne : comment ai-je pu conserver tout cela tant d’années ? C’est mon gros défaut : quand je ne suis pas acculée à jeter, je stocke. Et ainsi, en vidant des classeurs et des casiers, j’ai vu défiler des listes d’élèves et leurs notes alignées dans mes cahiers de bord… Avec le temps, cela devient indiscret, je trouve. Certains ont déjà leur bac, ont débuté leur vie d’adultes… Je n’ai même pas osé y jeter un œil ; leur petite vie scolaire est consignée là, et j’aurais encore un droit de regard dessus ? Vite, au carton de déchets…
J’ai vu défiler plus de quinze années de labeur, les noms aperçus m’ont évoqué des visages d’enfants dont je ne connais pas toujours le devenir. Qu’auront-ils gardé, conservé, retenu, eux, de ces deux ou trois ans passés à construire les rudiments de leur savoir dans une même salle de classe ?
Ce tri m’a tout de même occasionné des instants délicieux : retrouver les premières pages de productions écrites de ma fille âgée de bientôt 19 ans et les lire en riant avec elle. Il y a donc eu une époque où je lui corrigeais ses fautes d’orthographe ! Et de rire aussi devant ses travaux de géométrie, qui présageaient déjà de son orientation littéraire…

J’ai fini le plus gros du tri, sans lequel les vacances d’été ne peuvent pas commencer. Maintenant, oublier les classeurs et les fichiers pour quelques semaines, et vivre ces jours comme une pause bienvenue et infiniment nécessaire…

Aidant

9 juillet 2017 | Publié par Véronique Belen dans Blog - Aucun commentaire

Une messe dominicale, toute simple mais célébrée par un prêtre inconnu en raison de l’absence du nôtre.
Des mots simples, une homélie belle et profonde, une ambiance de paix, un calme qui repose l’âme.
Une rencontre vraie.
Des conseils pertinents, des mots bienveillants, des questions judicieuses.
La présence forte du Seigneur, palpable.
L’onction de l’Esprit, bienfaisante comme une source fraîche.
La paix du cœur, le sourire intérieur retrouvé.
Une espérance d’accompagnement spirituel, enfin, par son intermédiaire.
Son nom sur un papier blanc.
Il signifie « Aidant ».
Merci, Seigneur !